jeudi 8 février 2018

Miettes du début 2018


Genève:

 Les chirurgiens de la main décident d'entrer en grève, motif, ils sont payés frs. 110 - l'acte chirurgical de 30 minutes, pour une intervention du tunnel carpien en ambulatoire, avec obligation de réussite.
Nous avons des bénévoles qui ont payés Frs. 800 -, 700 -, 500 - la lettre de quinze lignes, chez divers avocats, sans réussite pour les clients. Nous avons aussi des clients qui ont bénéficiés de gratuité de conseils de maîtres, ainsi que des médecins qui bénévolement ont consultés des patients.
Le ministre genevois, en charge de la santé, Mauro Poggia, dit qu'il aurait voulu que cette corporation s'adresse d'abord à lui avant de prendre en otage les patients. Nos bénévoles comprennent très bien l'état d'esprit de ces praticiens et acceptent de différer leur opération de la main, ils ne se sentent pas pris en otage.
Par contre, il est compris que s'adresser à l'institution, peut être contre-productif, le ministre de la santé, avocat pratiquant avant de faire de la politique, fait partie des 24 maîtres (bien que son parti, se donnait l'ambition de s'occuper de la classe moyenne, ni de gauche ni de droite) qui ont refusés de défendre les intérêts de l'épouse du fonctionnaire, (voir dossier mis en ligne à cause d'une justice qui n'applique pas le droit et les lois) Il a montré toute sa dépendance du système de spoliation des retraites mis en place, par les partis politiques suisses.
Nous apportons notre soutien à ces as de la main.
                                    -------------------------------------------------------
Au vu des nombreux bénévoles inscrits à la première assemblée de l'année, le Groupement  bénévole sans frontière (vote à l'unanimité) a accepté qu'elle soit dispatchée en plusieurs endroits européens. Nous nous retrouverons tous une fois par an au même endroit.
Des bénévoles se chargeants de réunir les informations, propos présents.
  Je suis ravi, à ce qu'enfin, les bénévoles approuvent ma proposition, que je réitère pour la dixième fois, de boycotter les marques de produits qui nous saoulent plusieurs fois par jour sur les médias écrits, télévisuels, web etc. merci à tous. 
Nous demandons aussi à tous nos bénévoles de réfléchir sur la prochaine votations, lors de l'assemblée plénière de printemps, sur le texte proposé.
Etes-vous d'accord de boycotter  tous les commerces qui pour vous servir, ont besoin de vous big dater; âge, lieu d'habitation, sexe, etc. et de refuser toutes les cartes de fidélités qui peuvent êtres remises à n'importe quelles institutions, à la demande d'un juge et comme la justice suisse n'aime pas les classes moyennes,(lire dossier) cette classe en fait les frais.
  Bien que la SSR,  informée par nos soins, sur le fait que des juges libéraux-radicaux, parti politique suisse, frappent aux portes des fonctionnaires, malades et âgés, dont ils connaissent le discernement aboli et se substituent à eux pour diligenter une procédure unilatérale en divorce (c'est le retour à la répudiation, mais par l'Etat) ce média s'est tu, (comme d'ailleurs d'autres journalistes) il n'a par conséquent pas été celui d'un service public. Nonobstant, à 52% les bénévoles ont acceptés de dire non à No billag, mais ils veulent que ce média deviennent un vrai service public, non inféodé au pouvoir: les postes de journalistes et adjoints doivent être mis au concours. Ils souhaitent ne plus voir des couples, voir des familles travailler dans ce média. Ils veulent de la transparence, Ils demandent aussi qu'une commission citoyenne hors politique ait à se déterminer sur les programmes et leurs organisations. Certains n'ont pas appréciés que l'ogasme des femmes, fort intéressant, soit diffusé à 13 heures un mercredi, après-midi de congé des enfants. Nous voulons un service public, qui ne ressemble pas à du privé qui choisit les informations qu'il diffuse, conséquemment, les médias publics doivent être contrôlé par une commission citoyenne hors contexte politique, philosophique etc, et en aucun cas être sponsorisé par l'Etat ou des privés, alors oui à la redevance. Certains s'étonnent de voir des titres d'émissions copiés ou ont été copiés sur des chaînes concurrentes, à supprimer svp.
Même si les suisses de notre Groupement voteront non à no-billag, nous trouvons étrange que la SSR fasse de la pub journellement, allant dans ce sens.

Comme toute l’assemblée, mon mari et moi, membres du parti libéral suisse, avons étés surpris par les conclusions du rapport de la commission de bénévoles, sur la procédure judiciaire, que le Groupement a mis en ligne, faute d'avoir été traitée sur la base d'un Etat de droit = le droit à une procédure équitable. Ce qui nous choque, c'est l'assertion: le parti libéral-radical est le grand responsable, de la gestion déloyale de cette procédure, qu'il faut bien admettre est le cas, avéré que les juges du parti, connaissant le discernement aboli du fonctionnaire de 75 ans, ont diligentés à sa place, la procédure civile, unilatérale en divorce, par abus de faiblesse (et pour un motif égoïste, puni par l'article 115 du code pénal suisse) du mari de notre bénévole no 137. Pour cette raison, nous demandons à notre parti libéral-radical suisse, dont nous sommes ataviques, de reprendre au plus vite le dossier, il peut le faire, étant donné que la séparation des pouvoirs était inexistante dans cette procédure et de restituer à l'épouse, notre bénévole, son état civil par invalidation d'un divorce d'Etat et de lui attribuer le prétium doloris qu'Elle demandera. Par ailleurs, nous savons que dans notre famille politique, ce n'est pas celui du couple qui a été diagnostiqué atteint de démence, Korsakoff à 61 ans, qui peut décider quand il en 75, que son épouse doit divorcer... Nous sommes secoués par cette affaire qui nous fait très mal, le Groupement ayant appelé à ne pas élire des candidats libéraux-radicaux pour le renouvellement du Conseil d'Etat genevois et à ne pas jamais voir Maudet au Conseil fédéral; PLR, ministre de tutelle de la justice genevoise, il n'a pas trouvé étrange que nos juges de notre parti parti, exploitent la maladie mentale...et que les mêmes juges aient un pouvoir décisionnel, pour ce cas, à la commission supérieure de la magistrature genevoise. Notre écoeurement va de soi quand l'audit constate qu'au moment des faits, les commissions des affaires juridiques du Conseil national et du Conseil des Etats, sont présidées par notre parti PLR et que les deux chambres ne répondrons pas à nos courriers.
 Une Démocratie fonctionne parce que les juges appliquent les lois et le Droit à tous et pas parce que l'intime conviction des juges, qui est celle du parti qui leur a donné l'opportunité d'excercer la fonction de juges, prime sur le droit.
  Coûts de la santé,si vraiment nous voulons les contenir,il faut le vouloir par une caisse maladie cantonale, gérée par l'Etat et supervisée par une commission citoyenne hors parti politique.                                                 
Des directeurs, sous-directeurs payés des centaines de milliers de francs/an, pris dans les poches des assurés doit cesser.                                                     

La politique sous la coupole doit se faire sans lobbyisme, chaque fois qu'un élu y succombe, il trahit ses électeurs                                                   

Il faut que chaque patient reçoive pour contrôle et puisse la contester, la facture des praticiens et qu'il l'envoie ensuite à l'assurance. Plusieurs de nos bénévoles se plaignent d'une facturation aléatoire.                                     
Les partenariats publics-privés doivent êtres mieux encadrés, évités pour les soins de l'assurance de base. Les soins infirmiers à domicile sont une bonne chose, mais nous constatons qu'ils peuvent devenir un véritable business qui doit rapporter, alors on inféode les patients avec des soins journaliers superflus, jambes bandées sans raison et des mètres de bandes régulièrement renouvellées; accompagnement aux courses, alors que la famille a un lien journalier avec la personne et la sort deux fois par semaine, etc.                                         

Certainement que des médecins-chirurgiens abusent de leurs positions dominantes, (nous avons vu que des juges en abusent aussi pour supprimer des retraites à une épouse) en prescrivant des médicaments nuls ou dangereux pour les patients et des opérations inutiles.     Pour y mettre fin, il faut que l'assurance de base prévoie un deuxième diagnostic en anonymat du premier, par un praticien du choix du malade, celui-ci ne dévoilera pas le nom de celui qui a réalisé le premier diagnostic.                                     

Pour en terminer il faut éduquer les patients, pourquoi pas dès l'école, sur les effets secondaires des médicaments qui peuvent conduire à la mort, nous avions lu que, environ 3000 personnes en mourraient chaque année en Suisse.             

Il faut stopper la santé business, il en va de nos primes d'assurance et cela commence avec l'interdiction des caisses LAMAL, à faire de la publicité, qui est payée par le cotisant.
Partout en Europe, les partis politiques sont décriés, abandonnés, parce qi'ils mentent à leurs électeurs, Ils déçoivent, les coalitions malsaines pour rester au pouvoir, agacent, braquent les peuples souverains, qui enfin réagissent et disent dégagez. L'UE qui n'a pas même des Cours de justice ad hoc, pour défendre les droits de l'homme, fondamentaux; l'état civil choisit par les citoyens et pas par l'ETAT, comme la Démocratie suisse le pratique, (pour nous ce pays n'en n'est pas  une) la résurgence de la répudiation est contraire aux Droits de l'homme. Des juges qui organisent des divorces, par abus de faiblesse sur l'un du couple, pour leur seul bénéfice, (nous doutons fort que les quelque frs.3000-/ mois du 2me pilier, supprimés à l'épouse, soient dévolus à la caisse de pension du fonctionnaire) que des avocats qui forment un cartel avec les juges, dans le seul but de dénantir, l'épouse de sa retraite, doivent êtres appréhendés. Tous ces actes délictueux s'opposent aux Droits de l'homme et des femmes.
Aussi à l'unanimité des bénévoles de sept pays,  nous disons: Non à cette Europe  et  Non  à  la  suprématie des  juges étrangers.
Construisons, notre Europe, celle qui respecte les citoyens, finissons en avec la fraude des urnes, en Suisse, il n'y a pas un seul scrutin qui n'est pas affecté, par les fraudes, (voir dossier)
Obtons pour le tirage au sort de tous les élus, dont les citoyens auront au préalable signés une liste de disponibilité, pour la législature, qui ne dvrait pas aller au-delà d'une période de trois ans renouvelable une fois, suite à un scrutin contrôlé par une commission citoyenne hors parti politique, cela évitera les magouilles qui ont pignons sur rue.
Avant de vouloir soumettre à un examen médical les séniors dès 60 ans, ce préfet devrait contraindre chaque automobiliste qui doit circuler dans la neige, un jour ou un autre, à équiper son véhicule de pneus neige dès le 15 octobre, vous verrez comme les bouchons se feront rares en cas de neige...
Les fusions de communes, n'ont qu'un objectif, centraliser le pouvoir et en fin de compte supprimer l'Etat.               

Notre Groupement dit :non aux fusions, oui aux concertations et ententes entre communes.
Peuples de gauche, unissez-vous et crééz un Groupement mondial qui tire à la même corde. Moi je suis trop âgé pour en être à l'origine.
Le parti politique suisse PLR doit faire connaître son programme avant les élections du canton de Genève: abus de faiblesse sur les fonctionnaires malades et âgés, pour motif égoïste (puni par la loi suisse, article 115 du code pénal) contraindre le couple au divorce, afin que l'époux qui a toutes ses facultés mentales, soit exclu des son droit à toucher sa retraite, 2me pilier en Suisse, que la loi prévoit. Notre mot d'ordre, pas une voix à ce parti. Maudet jamais.
Limiter les mandats politiques dans le temps et dans leurs nombres, cela se nomme de la Démocratie, parce que, c'est donner à un maximum de citoyens le droit d'accéder au service du peuple.
N'oublions pas que la Suisse, n'est pas un pays démocratique et que l'UE s'en moque, le dossier que nous avons été contraints de mettre en ligne, parce qu'aucun juge ne l'a apprécié selon les règles d'un Etat de droit. Toutes les lois existent pour qu'un tel dossier n'existe pas. Un procès civil ne peut pas être diligenté par la Cour de justice, sans qu'au préalable, elle ait été saisie par un citoyen et pourtant, la justice suisse fait plus que s'affranchir de cette clause, elle inféode son ancien collègue, qu'elle connaît être incapable de discernement, (puni par la loi suisse, article 115 du code pénal suisse, les juges devraient être jugés pour abus de faiblesse, rétention d'information qu'ils ont eux-mêmes émises et conséquemment, ils auraient été contraints de fournir dès le début de la procédure, non seulement, ils ne l'ont pas fait, mais ils ont empêché l'épouse de faire valoir ces pièces et soumettre le malade a une expertise psychiatrique, sachant pertinement qu'elle serait en faveur de l'épouse. Quand un fonctionnaire à 63 ans, le mari, collègues des juges, doit quitter son poste de travail, pour incapacité à le tenir; quand il en a 75, il ne peut pas décider que son épouse doit divorcer, la base légale pour demander le divorce est au moins de savoir que l'on est marié, à moins que le parti de la justice suisse, les libéraux -radicaux, nous disent que dans leur famille politique, c'est ainsi . C'est celui qui est atteint de démence qui ne sait plus qu'il est marié qui dicte à l'époux sain d'esprit, ce qu'il doit faire... ce parti nous hallucine, rejettons-le aux prochaines élections.
Quand ceux qui sont mis en place pour faire respecter l'Etat de droit s'en exonèrent, ils doivent êtres jugés par une commission citoyenne hors parti politique.

Notre mot d'ordre oui à monaie pleine.
Qu'à cela ne tienne, les juges du parti se transformeront en entreprise, générale unilatérale en divorce, ils s'occuperont de tout y compris d'aller chercher l'époux et de le reconduire chez lui, après l'unique audience où il sera convoqué et pour cause...                                                 

Les juges organisateurs de divorces, ne font pas dans la dentelle, ils évinceront l'épouse de la procédure, ils formeront un cartel d'entente illégale avec vingt- quatre avocats de gauche comme de droite, tandis que Madame n'en trouvera aucun pour défendre ses intérêts.                 

Ils la mettront sur écoutes téléphoniques et se permettront de prendre contact avec ses interlocuteurs pour les dissuader d'être en affaires avec Elle. Ces faits n'ont pas été démentis par la justice.                                                     

En toute illégalité, cette justice de classe, perquisitionnera son appartement: il est évident que si les juges avaient mis la main sur les pièces qu'ils ont eux-mêmes établies et qu' ils refusent de produire, il n'y aurait plus de dossier.           

Nos bénévoles ont transférés le dossier dans des endroits privés, à l'abri des voleurs.     

Les juges initiants de ce divorce, se sont permis d'entrer en contact avec le régisseur d'une petite arcade, que l'épouse louait dans la ville, depuis plus de quarante ans, dans le but, de s'y réintégrer les enfants grandissants. Malheureusement, la maladie du père s'accentuant, bien connue des juges, ne lui a pas permis de compter dessus et de lui confier la direction du foyer. C'est ce que l'avocat mandaté par les juges au nom du mari, invoquera dans sa thèse: Mme, n'a pas travaillé, mais il se taira sur la maladie etc. Sans aucun problème de renouvellement de bail depuis le 1er novembre 1968, ou autre acquittement de loyer, les juges s'ingéreront dans cette régie libérale-radicale qui cassera le bail, là non plus aucun avocat, acceptera le dossier. Ceci conforte le fait que juges et avocats forment un cartel. Ces événements faisant suite à la demande de l'épouse d'obtenir, ce que la loi oblige des juges.= Un procès équitable.
J'approuve totalement, pas de voix aux partis politiques existants, les uns agressent les classes moyennes, les autres laissent faire.
Il n'est pas besoin d'en faire la peuve, si le tiers du parlement suisse était composé de citoyens n'ayant pas de comptes à rendre à un parti, la résurgence de la répudiation n'aurait pas été acceptée, qui plus est, si ce sont les Etats      cantonaux qui se l'approprient, pour contraindre au divorce et ne pas payer les retraites à qui de droit.
Je remercie chaleureusement les anciens des opérateurs téléphoniques, qui se sont exprimés sur le big data suisse. Tout le monde a compris que les citoyens Suisses n'ont pas été si niais pour dire oui à une loi sur le renseignement, qui permet à l'Etat d'écouter n'importe quel citoyen qui demande un procès équitable ou autre... Nous avons les preuves que ce ne sont pas les malfrats, qui intéressent, mais les profanes, qui réagissent aux violences démocratiques. Personne ne croît que cette loi sera encadrée, comme l'a dit le ministre et qui pour l'encadrer? des juges atrabilaires à la dictature, des avocats qui collaborent avec le pouvoir? Allons ne rêvez pas, protégez-vous de votre Etat, même si il vous dit qu'il  est démocrate, il n'aime pas les classes moyennes et lui veut du mal.                                                   Merci d'avoir répondu à la question pourquoi Swiscom contraint au Wifi les utilisateurs d'appareils fixes, c'est pour mieux t'écouter mon enfant. Nous rappelons à tous, que tous les objets connectés ne sont pas admis dans nos assemblées, il ne faut pas seulement les éteindre, mais les laisser à la maison, ceci a été accepté à l'unanimité des bénévoles présents, il y a plusieurs années.
Les citoyens vivent une véritable guerre froide avec leurs Démocraties.           

Seules des associations de citoyens sont crédibles, qui travaillent pour le peuple et non pour un parti prêt à collaborer avec l'ennemi pour survivre. 
Quand on est capable de faire du profit avec la maladie mentale d'un fonctionnaire atteint du syndrome de Korsakoff, on sera aussi capable de laisser sur la table de nuit, d'autres vieillards, bien entendu,par inadvertance, la potion létale, qui mettra un terme aux pensionnés de la classe moyenne. Ni vu ni connu.                                                                                   

N'oublions pas que Genève se veut capitale du suicide assisté!
Une justice indépendante, ne l'est que quand les juges sont nommés par le peuple. Quand elle l'est par le premier pouvoir qui est politique, cette justice n'a pas le titre de pouvoir, elle est une autorité inféodée à la politique.
En France la presse nous informe, que onze reconnaissances d'erreurs judiciaires ont étés validées depuis 1945 dont celle de Patrick DILS. Comment se fait-il alors que nous simples proches-aidants, nous soyons confrontés à des plaintes récurrentes, à l'encontre de la justice de tous les pays.                                                             

Les juges jouent leurs places de travail, ils doivent obéir au parti.
L'affaire Légeret à défrayé les chroniques en Suisse et ailleurs.     

Nous apprenons que la maison du drame, deux personnes assassinées et une disparue, est en vente.                                                             

Nos bénévoles en parlent encore, par une certaine incompréhension de l'acte d'accusation d'un procureur général PLR et bien sûr de son intime conviction de la culpabilité du fils adoptif. Le parti du peuple, appelez-le populiste, on aime, qui sait maintenant  que les juges suisses sont à la merci du parti politique PLR pose la question.        Le fils de sang, notable, qui n'a jamais été inquiété dans le crime de sa mère, appartient-il aussi au PLR? ceci expliquerait cela.                 

De toute évidence il doit y avoir une nouvelle procédure libre de politique celle-là.                                                                                                     
Nous nous référons à l'expérience vécue où le procureur général genevois PLR transforme un acte puni par la loi, surtout si ce sont des juges qui s'y adonnent, en une acte civil.
Ce que veulent la France en marche et le parti libéral-radical suisse, c'est l'abolition du service public, c'est l'objectif du libéralisme et du gouvernement mondial qui vomissent l'Etat et les classes moyennes. L'Etat a le devoir de limiter les exactions du libéralisme, qui hélas ne le fait pas et les droites s'en félicitent. Bientôt sans Etats dont ont besoin les classes moyennes pour asseoir leur existence, elles ne seront plus protégées, déjà qu'elles ne le sont que très peu.            Les dérives sont annoncées:                                                         
Quand la gauche européenne aura su se concerter, nous pourrons enfin décider du rapatriement des milliards d'Euros détournés des fiscalités publiques et l'UE, n'aura plus à fermer les yeux  sur les manquements aux Droits de l'homme en son sein.                                                         Les dons d'organes sont un gros souci et nous sommes contre le don présumé, notre corps nous appartient et le business n'est pas loin.  Sortir du cadre juridique et vendre ce que nous donnons, est tout à fait dans les cordes des mentalités actuelles.                                       

Des commissions citoyennes doivent êtres mises en places.               

Par contre, notre Groupement parle de nos dons, en principe, nos bénévoles sont d'accords, mais sans contraintes et avec l'assurance que celui qui fait de la politique active, ou la grosse légume, ne soient pas privilégiés.
Il n'y a pas que le vol de nos données, il y a aussi le vol de nos retraites...
Dons du sang dont les plaquettes sont vendues. Médecine à deux ou trois vitesses, c'est déjà le cas d'après nos constatations.
Il faut dire à Macron que les français ont aboli la monarchie.
Suicide assisté obligatoire pour les classes moyenne qui ne fera que confirmer le rejet de ces classes, qui déjà ne peuvent pas obtenir un procès équitable.
C'est évident, nous sommes tous de grands déçus des partis politiques. Ils nous ont bernés depuis toujours en nous faisant croire qu'en Suisse la justice était indépendante. La procédure qui nous a réveillé sur son fonctionnement a été ressentie comme une bombe immonde dans une Démocratie.Ce qui veut dire que tout au long de sa vie, celui qui ne fait pas de politique sera écarté du bon fonctionnement judiciaire                                                                 
Les juges, jugent selon leurs sentiments politiques, c'est la faillite de la Démocratie.
Cette assimilation ne se fera jamais et nous réitérons, ce qui est devenu un mot d'ordre - CLASSE  MOYENNE  NE SAISISSEZ  PAS LA  JUSTICE  ELLE  EST  DEPENDANTE  des  PARTIS  POLITIQUES  JAMAIS,  ELLE  NE VOUS  SERA  FAVORABLE.
La proposition Macron qui veut payer les fonctionnaires au mérite est discriminante, quand l'on sait que ce président veut abolir le service public, c'est sa mission. Réagissons ...et puis qui est capable, d'évaluer un fonctionnaire, un représentant LRM ? non et non.
Tout en douceur, les partis politiques se sont emparés des droits  citoyens, nous leurs faisions confiance à tort. Reprenons le couteau par le manche et décidons qu'une constituante est un premier pas, vers ses droits retrouvés et vers une vraie Démocratie.         

Décidons que la constituante c'est l'affaire du peuple et non celui des politiques./ Chaque citoyen qui le désire, pourra déposer sa candidature, pendant trois semaines dans des urnes transparentes et scellées, sous surveillance ininterrompue de caméras et de membres d' une commission citoyenne hors parti politique, qui sera présente lors du dépouillement, qui se fera toujours sous caméras.                     
Sur le bulletin d'adhésion, le candidat devra connaître, le jour fixe et l'heure des séances et s'engager à assister à toutes, jusqu'à l'élaboration complète de la constitution. Il saura que le peuple souverain le rémunérera à la séance frs. 250--  qui ne devraient pas excéder une vingtaine. Au-delà la commission citoyenne qui sera présente pendant les travaux avisera, elle s'assurera de leurs bons déroulement. Chaque élus à la constituante le sera par tirage au sort public. Il semble raisonnable que trente à quarante personnes suffisent à cette élaboration. Eau à volonté et un repas chaud servi gratuitement, avec une bouteille de vin pour trois, en fin de séance.  La personne qui ne pourra pas rester pour l'agape, l'annoncera en début de séance, elle recevra vingt- francs, en sus de son salaire final.
Une Démocratie qui cache son autocratie, est une Démocrtie bicéphale.
Les  fake  news  ne  ne  font  pas  partie  de  notre  Groupement.
Encore en Suisse: recalés des hautes écoles suisses, des étudiants en médecine tentent leurs chances en Roumanie...Ce qui confirme les plaintes que nous avons en masse. La discrimination commence dès l'école pour certains élèves des classes moyennes de Suisse.                               
Avec les mêmes prérogatives, âge, section etc, celui qui n'est pas enfant d'universitaire ou de politicien, ne passera pas au stade supérieur. Il s'entendra dire des inepties pour justifier son recalage et elles ne seront pas adaptées pour d'autres étudiants mieux-nés.         Il ne fait aucun doute, qu'une fois les corrections anonymisées et faites dans un autre collège régleront vite l'affaire, c'est ce que nous demandons à un parti politique nouveau ou pas.
Le parti libéral-radical suisse demande à la mairie de Vevey de mettre un terme à ses mésententes crasses, nous lisons quelque-part, pour aussi l'image du parti. Nous expatriés suisses membres ou votants régulièrement pour les idées du parti, lui demandons, pour son image, de régler avec célérité, le cas de notre bénévole qui a été contrainte au divorce, par des juges PLR, qui l'ont diligentés, pour un motif égoïste, puni par la loi suisse, article 115 du code pénal et par abus de faiblesse sur son mari. D'invalider la modification de son état civil spolié, défacto pour anéantir sa retraite, 2me pilier en Suisse, lui rendre les attributaires destinés à une épouse veuve et non divorcée par des juges PLR.
Le rôle d'un juge est aussi de connaître la constitution et quand  celle-ci dérape, par exemple en votant une loi qui est résurgente de la répudiation, il doit le signaler à son parti et surtout ne pas l'appliquer.
Des bénévoles ont reçus une invitation à signer une pétition:       
Stopper l'immigration de masse, nous vous invitons à la signer, par ce que nous sommes d'accords avec la suppression du droit légal d'immigration, le pays n'est pas extensible.                                       
La libre circulation des personnes est aussi celles des malfaiteurs, elle doit être abolie, ainsi que l'accord.                                                 
L'immigration est l'affaire du peuple souverain. Quand L'UE aura mis de l'ordre dans ses Cours de justice et qu'elle se ravisera sur ce que sont les Droits de l'homme dans une Démocratie, à savoir, ce n'est pas aux juges politisés, à décider d'un divorce, nous verrons alors, pour discuter des droits des autres. Nous rappelons que nous soutenons l'initiative, pas un parti, bien que ce parti est le seul à vouloir que la Suisse existe encore demain...
L'avocat de Sarah Halimi écrit à la juge. Notre Groupement bénévole sans frontière, vous respecte Maître, pour votre intervention auprès de la juge et il vous remercie de ne pas collaborer avec. Il est grand temps de revoir tout le système judiciaire dans les Démocraties. Les juges aux salaires confortables, payés par nos impôts, revendiquent le droit d'êtres des êtres humains et de pouvoir se tromper.                                         
Bien sûr quand cela arrive, c'est rarement démonstratif, bien que souvent voulu par le parti politique qui les ont mis en poste, mais que de souffrances pour les justiciables qui héritent de ces manquements et mêmes que de suicides constatés, nous avons plusieurs dossiers où la justice a été volontairement inopérante. Il faut faire des économies et retreindre le nombre des instances, qui de toutes façon se consultent. Pour une décision de justice, il faut un juge qui connait les lois, c'est son job, Il faut aussi des jurés laïcs, qui n'ont à rendre de comptes, qu'à leurs consciences et qui s'assurent que les lois  soient appliquées.
Notre doctrine redonner le pouvoir au peuple, donc au service public.
N'en déplaisent aux condradicteurs, le peuple a toujours raison en Démocratie, parce que ce sont des centaines de milliers de citoyens qui prennent la décision et pas quelques élus aux ordres.
L'Etat doit reprendre tout ce qui rapporte à l'ensemble de la société, comme la gestion des autoroutes, c'est aberrant que des élus se soient permis de les privatiser.
Les partenariats publics-privés doivent êtres l'exception et contrôlés par des commissions citoyennes, nous voyons où nous mènent les autos-contrôle.  Car -postal a détourné au peuple suisse plus 78 millions de francs suisses, pendant que le parti radical-libéral contraint les fonctionnaires à divorcer, afin de ne pas payer la retraite à des veuves. Toutes les régies publiques doivent êtres tenues et contrôlées, supervisées, par des commissions citoyennes, qui seront payées avec le partage du salaire des directeurs qui ont abusés de leurs prérogatives.
L'Etat oui, mais pas qu'il joue de double jeu.
Un juge qui trahit l'Etat de droit, se trahit lui-même, le justiciable et la Démocratie, il doit être jugé par la société civile, hors parti.           Nous voulons des juges d'instructions, des jurés populaires, des procureurs qui ne transforment pas un procès pénal en procès civil. 
L'opérateur suisse s'insurge contre une loi qui l'obligerait à s'ouvrir à la concurrence. Pour les classes moyennes ne plus êtres soumises à cet opérateur, serait tout bénéfice, elles pourraient travailler avec d'autres filières qui assureraient ces classes, de ne pas êtres mises sous écoutes téléphoniques sur simple claquage ou vengeance de juges inféodés au parti qui les a mis en place.                                        Notre Groupement pébiscite cette ouverture.
OUI aux panneaux solaires sur chaque toit.                               
NON aux éoliennes, qui font fuir les touristes et font le beurre d'entreprises privées, au détriment de l'environnement.
Des milliards par ci, des millions par là qui sortent de la Suisse pour aides, dont encore personne sait comment ils seront utilisés, il y a sûrement des poches avides pour les recueillir, alors que cette belle Démocratie a les caisses vides au point qu' elle contraint les malades mentaux à divorcer pour ne pas donner son dû à sa veuve.
Les classes moyennes ne sont pas à vendre aux privés.
La pire des offenses que peut faire une justice, est de se comporter comme les citoyens qu'elle doit juger et de s'entendre avec les avocats pour mener à bien sa détermination délétère.
La preuve n'est plus à faire, le parti de droite PLR suisse, n'aime pas les classes moyennes, il leurs préfèrent les riches étrangers.     Genève renouvelle ces autorités ce printemps. A tout ceux qui ont à  élire ce Gouvernement, nous recommandons parce que cela a été voté par nous tous, pas de voix pour le PLR et Maudet plus jamais. Nous rappelons que ce Conseiller d'Etat n'a pas fait son travail d'organe de tutelle de la justice genevoise, trop occupé à servir son parti, qui veut par appât du gain voir divorcée toute la classe moyennes. La question reste actuelle: dans quelles poches est tombée la retraite de notre bénévole? et nous ne savons pas si ce parti, qui a eu la lumière pour faire des économies, le divorce par abus de faiblesse, a inclus l'euthanasie et le suicide assisté pour parfaire son but.
Dans certains milieux, les hommes de pouvoir font du charme aux Dames au point qu'ils les attaquent sexuellement. Dans le milieu judiciaire, les juges excercent une hégémonie sur les classes moyennes, au point qu'ils décident à leurs places quand elles doivent divorcer. Merci le parti libéral-radical.
Je ne crois pas que la droite accepterait de voir dans un Gouvernement 3-4-5 représentants d'un même corps de métier, boulangers, comptables, fleuristes etc. et bien nous, nous ne voulons plus voir pléthorre de juristes, avocats en politique législative ou exécutive. La réforme doit plancher rapidement sur un équilibre représentatif de toutes les corporations. Elle doit tenir compte que les partis sont des lobbys, dont les citoyens des classes moyennes sont exclus. Pour y remédier tous les émicycles politiques, devront êtres occupés par un tiers de personnes ne travaillant pas pour un parti, mais uniquement pour le bien du pays et des personnes qui le font. Nous n'acceptons plus l'absence des députés de leurs places de parlementaires, le peuple patron ne veut plus payer ces absences, une commission citoyenne hors partis, doit contrôler que les lois  soient votées avec l'ensemble des parlementaires. La réforme doit permettre au peuple de se déterminer sur le salaire  des serviteurs de l'Etat.
Est-ce que les chercheurs aimeraient naîtres, sans connaitre d'où ils viennent exactement ? sperme par là, ovule par ici et j'en passe.
Ils nous disent qu'ils veulent sensibiliser les citoyens, mais il y a longtemps qu'ils sont sensibles et que les classes moyennes rendent attentifs, attention, la prochaine guerre mondiale est en marche et pas seulement la France !
Est-ce au Terriens de manipuler l'Univers ?
Les Démocraties qui collaborent avec les dictatures sont responsables de leurs maintenance.
Les prisons sont pleines, combien y croupissent par simple décision arbitraire d'un juge aux ordres ? là aussi des commissions citoyennes doivent avoir un contrôle.
Les classes moyennes sont composées de travailleurs qui ne gagnent pas assez pour vivre et soigner leurs dentitions. Le Groupement dit oui à une assurance dentaire, à condition qu'elle soit gérée par l'Etat et contrôlée par des citoyens hors partis. Un forfait de frs. 5000- tous les 5 ans devrait être accordé à ceux qui en ont besoin.                   

La commission citoyenne sera vigilante sur les fraudes qui ne manqueront pas de surgir, Quand tous les citoyens pourront se faire soigner régulièrement se montant sera suffisant.

d2018



lundi 15 janvier 2018

Séance pour la Suisse romande


Groupement  Bénévole  sans  frontière.
Texte dicté par nos bénévoles dans la séance plénière du 18 décembre 2017, pour la Suisse romande.

1  Une Démocratie existe parce que les juges appliquent les lois sans conditions et pas parce que la justice est rendue par le parti libéral-Radical en Suisse.
2  Voyager au meilleur tarif et pour la même sécurité, cela s'appelle du bon sens, de l'éthique, même pour un premier ministre.  
2.1 Ne pas aller chercher la signature unique pour créer un divorce, auprès de celui qui a 75 ans et qu'un collège de juges connaissait pour avoir le discernement aboli (les mêmes) a licencié quand il en avait 63 pour une incapacité à tenir son poste de travail cela s'appelle de la déontologie, comme le fait que juges et avocats ne prévariquent pas.
3  C'est bien volontiers que nous vous rappelons les faits et pourquoi le Groupement s'est investi dans ce dossier suisse. Après plus de quarante années de service, un greffier-adjoint du Palais de justice de Genève, se fait remercier par sa hiérarchie,(des juges) pour incapacité à tenir son poste de travail, il a 63 ans.                  
Ce fonctionnaire est marié à notre bénévole no 137 et ils ont deux enfants.                                                          
Ce fonctionnaire malade alcoolique a été diagnostiqué à 61 ans atteint du syndrome de Korsakoff, nous vous invitons tous à visiter les nombreux sites sur le sujets.                                                                                                                                                       
Le législateur suisse a en 2004 fait une loi qui est résurgente de la répudiation, ce qui est contraire à la constitution. Cette loi, dit que celui du couple qui est séparé depuis deux ans peut demander le divorce et l'obtenir et tant pis pour l'autre. Cela s'appelle une répudiation.                                                                                 
Ce que la loi ne dit pas, c'est que ce sont des juges du parti Libéral-Radical genevois, qui organisent le divorce en toute illégalité, par abus de faiblesse et pour un motif égoïste, puni par le code pénal suisse. D'abord ils évincent tout simplement l'épouse, elle n'a pas existé dans la procédure et les juges initiants de la procédure s'assureront de la collaboration de plusieurs avocats, celui qui dira qu'il a été mandaté par le mari, ce qui est faux et puis 24 maîtres se refuseront la défense de l'épouse.

                                                                                          
Ensuite, toutes les instances seront dépendantes de la première, y compris les Cours de justice de L'UE.  Nos collaborateurs qui se sont penchés sur le dossier, l'avaient constatés, la justice suisse ne fonctionne pas avec le droit et les lois que les juges appliquent à tous, mais avec des juges soumis au parti libéral-radical qui leurs a donné le job de juges, en compensation, ils bafouent et humilient dans leurs jugements, les classes moyennes  que ce parti abhorre.                                                                                                                                  
Dans cette société suisse où les juges font ce qu'ils veulent quand ils le veulent, même voler les retraites, par le biais du divorce contraint, par abus de faiblesse des malades mentaux, il n'y aura aucune instance pour condamner le délit d'initié, c'est ainsi que l'on nomme un acte qui consiste à connaître une situation et à en profiter.,abus de faiblesse pour motif égoïste, abus d'autorité sur personne déficiente mentale connue par les juges, trahison de la vérité, rétention d'informations connues des juges.                                                             
Ce qui épate, mais dans le mauvais sens, c'est quand même que la gauche accepte, que les commissions des affaires juridiques de la Chambre appelée du peuple... et Celle des cantons soient présidées par la droite, qui n'aime pas les classes moyennes et que dans la première, au moment des faits, s'y trouvent deux avocats genevois de droite où est la gauche et les alémaniques ? à rappeler que ces commissions n'ont pas daigner répondre à nos courriers.                                                                                                                                  Difficile dans ce contexte de parler d'un Etat de droit, quand la justice est rendue par l'intime conviction du parti politique PLR et non par l'application du droit et des lois...        
4  Je tiens à remercier chaleureusement les bénévoles qui s'investissent dans ce dossier qui nous concernent tous. Je pose la question, mais où sont les socialistes? ailleurs, ils préfèrent oeuvrer pour la grande machine européenne dans laquelle nous ne voulons pas entrer, parce qu'Elle aime seulement l'argent des suisses et pas les Droits qu'Elle devrait apporter aux citoyens. Elle n'a même pas les Cours de justices adéquates qui fustigent l'atteinte fondamentale au Droits de l'Homme, qui est de décider soi-même de son état civil, ce qui n'appartient ni aux juges, ni à celui du couple atteint de démence (Korsakoff; les juges qui ont diligentés la procédure connaissaient cet état) à décider pour l'autre époux.
5  La Suisse est une sommité en matière de Droits Humains et l'UE la suit: elle fait une loi résurgente de la répudiation (belle avancée). D'après les lois suisses, quand il y a divorce, il n'y a plus de fautes à faire valoir, vous voyez le stade de la protection familiale... c'est la raison pour laquelle,. des crimes post-divorces fleurissent pratiquement chaque jour. Cette vision du divorce permet aux juges de diligenter des divorces à leurs guises, mais manque de pot, dans le dossier qui nous occupe, le mari, diagnostiqué atteint du syndrome de Korsakoff, à 61 ans et mis à pied à 63 ans (par les mêmes juges) ne se souvenait pas à 75 ans et même bien avant, (ce qui avait déterminé la faculté de médecine, de le contraindre à une séparation légale de sa famille) qu'il était marié... ce qui est la condition ciné quanon pour faire une demande en modification de l'état civil d'un couple. Nous sommes bien en face d'une arnaque judiciaire. Il n'est pas rare qu'un juge rappelle à l'ordre un citoyen pour outrage à magistrat, nous l'avons constaté, il existe aussi des juges qui outragent des justiciables en détournant les lois de leurs contextes, pour des mobiles exempts de lois et de déontologie.                                                                                                                                                      
Nous ne croyons pas, que la conceptualisation de la nouvelle loi sur le divorce, ait un autre but que la spoliation des retraites des fonctionnaires.
6  Macron a un objectif pulsé par le Gouvernement mondial, anéantir le service public. Quand les communes n'auront plus la possibilité de viabilité, à force de leurs enlever les moyens nécessaires à leurs autonomies, ce Président dira on n'a pas le choix, il faut privatiser...  c'est le but de toutes les dictatures, gouverner sans les citoyens.
7  En Démocratie, élire n'est pas suffisant, c'est assurer à chaque électeur que sa voix sera respectée et pas manipulée.                    
 Les peuples n'ont plus d'alternative, ils ont besoin d'un parti populiste, ce qui veut dire qui s'occupe du peuple maintenant. Avis à tous les européens qui veulent un autre libéralisme.
L'identité, ce sont des racines, une culture que n'auront jamais les doubles et multi-nationaux. C'est pourquoi par souci d'équité nous voulons un parti qui abroge ces privilèges.
8  Quand un pays ne protège plus les siens, c'est la sédition assurée.
9  Quand je vois tous les dossiers que nos bénévoles essayent de résoudre parce que les autorités judiciaires ne le font, pas par indexation au système politique, alors oui il faut inclure des experts, des juges non inféodés aux systèmes et pourquoi pas des bénévoles ou semi-bénévoles.
10 Un élu politique double national, fait de la politique pour sa première nationalité et c'est humain, mais non compatible avec ce que nous attendons d'eux.
11  Nous ne remercierons jamais assez le Conseiller fédéral Ignazio Cassis d'avoir eu de la déférence envers le peuple suisse de souche, en abandonnant sa première nationalité.                                                                   
Soyons attentifs lors des prochaines élections. 
12  La  mondialisation n'est pas là pour s'occuper des personnes, mais du fric...
13  Qu'ils ne nous parlent plus d'expérience politique, on a vu où elle nous conduit.
14  Je vous le dit, il va y avoir une révolution citoyenne mondiale.
15  Les fautes aux riches toujours plus riches, que les Gouvernements protègent par des lois non appliquées et les Big data qui nous espionnent jusque dans nos chambres à coucher.
16  Tant d'argent qui circule à travers le monde et tant d'enfants et adultes qui affamés meurent, cherchez l'erreur.
17  Ils ont tous les moyens pour détruire les classes sociales qui leurs déplaisent.
18  J'appelle tous les automobilistes à ne plus emprunter les autoroutes quand ils devront se faire suivre par une vignette éléctronique.
19  Quand dans toutes les assemblées exécutives et parlements, institutions et pouvoir judiciaire, il y aura un tiers de citoyens obligatoirement hors parti, alors nous pourrons parler de Démocratie.                           
Les partis politiques ont déçus par leurs petits arrangements contre le peuple.
20  Je ne comprends pas qu'un parti politique oublie que ses élus le sont par le peuple et sont salariés par lui. Du respect pour ceux qui vous assurent votre job, heureusement temporairement.
21  C'est tout le système français qu'il faut revoir. Un homme seul ne doit pas pouvoir prendre la responsabilité pour près de 70 millions de citoyens.
22  Quand Macron a mis en place des ministres inexperimentés, j'ai applaudi, mais vite déchanté, par l'inféodation excercée sur eux.
23  C'est évident les partis ne perdent pas une occasion de trahir le peuple, nous le voyons avec la procédure unilatérale en divorce diligentée par la droite PLR suisse. Contraindre au divorce un fonctionnaire atteint de démence, pour ne pas que sa veuve touche sa retraite, c'est grandissime.
24  Ma famille et moi étions des inconditionnels du PLR, je dirais même des convaincus de père, mère en fils, fille, c'est du passé. Plus une voix à ce parti qui blesse et humilie les classes moyennes. 
25  Les citoyens suisses auront un nouveau Président pour 2018, il fait partie du clan socialiste, nous préférons ce terme à celui de famille, la politique n'a rien d'une famille.        
Ce Président dit que les institutions suisses ne sont pas en danger, nous le détrompons, quand dans ce pays, la justice est infligée aux classes moyennes par le parti libéral-radical qui décide quand les ressortissants de ces classes doivent divorcer, pour spolier les ayants-droit de leurs retraites, la Suisse n'est pas un Etat de droit, qui plus est votre parlement a fait une loi résurgente de la répudiation et c'est contraire aux constitutions suisses et européennes.                                                                  
La réforme des retraites doit exiger que tous les citoyens vivent dans la décence, y compris ceux que la Confédération accueille sans l'accord du peuple, mais selon des accords internationaux incompréhensibles. Quatre mille francs par mois pour vivre en Suisse sont un minimum et nécessaires, quand l'on connaît le prix des logements... Il faut étudier la possibilité de garantir ces sommes depuis le premier et le 2me pilier. Le parti de ce Président a instigué L'AVS, c'est remarquable. Maintenant ce parti à la Présidence doit faire voter le peuple sur le volet non cumulant de l'Avs et 2me pilier, quand le cumul des deux piliers dépasse le montant de 4 mille francs (montant pouvant être réévalué) Nos bénévoles suisses se disent fiers d'avoir payé le ter pilier, pour le partager avec ceux qui n'ont pas eu la chance d’exercer une profession bien rémunérée et en conséquence avec une prévoyance vieillesse suffisante. Si un travailleur retraité touche un deuxième pilier de plus de 4 mille francs, il ne pourra pas en plus toucher le 1er pilier. Cela s'appelle de la solidarité, de plus ceux qui touchent une grosse retraite ont souvent un troisième pilier constitué par une carrière qui le leur a permis, ce qui n'est pas le cas des salaires minimums et souvent plus pénibles.                                                                             
Voilà Monsieur le Président, ce que nous attendons de vous, convaincre la gauche, ce qui ne devrait pas être un écueil pour elle, si elle est vraiment de gauche; convaincre la droite, ce n'est pas évident, quand on l'a appris à nos dépens, elle n'aime pas les classes moyennes, au point qu'elle phagocyte la justice par intérêt économique. (dossier à lire dans nos pages internet, fake news exclus) Nous vous rappelons que l'attitude des Cours de justice sur notre dossier (que nous avons été contraints de mettre en ligne, faute de lois et de droits appliqués par une justice neutre et indépendante) ne nous enclins pas à dire oui à l'UE, mais à en sortir pour ceux qui y sont et ne pas y entrer pour ceux qui voudraient commettre cette erreur. L'ensemble de notre Groupement dit non aux juges étrangers.
Nous souhaitons à Monsieur le Président de la Confédération 2018 une excellente année présidentielle et qu'elle soit consacrée aussi aux citoyens souverains et payeurs., même si la politique actuelle traite cette orientaton de populiste.

jeudi 21 décembre 2017

Assemblée du 18 décembre 2017

GROUPEMENT  BÉNÉVOLE  SANS  FRONTIÈRE  (région Gex-Jura-Alsace)

Courrier des bénévoles présents à l'assemblée du 18 décembre 2017

1  C'est aux citoyens hors partis politiques d'établir une constitution et de surveiller son application.
2  J'entendais un politicien suisse, de droite, dire, - Que veut dire la société civile, je lui réponds, ce sont des citoyens qui n'ont pas de compte à rendre à un parti politique, donc à un lobby.
3  C'est au peuple souverain de décider si un élu a failli et non à des juges qui jugent selon leurs sensibilités politiques, à lui aussi de décider si il veut encore le payer pour une pérennité politique.
4  Bonjour les dégats si un juge doit juger un opposant politique.
5  C'est exactement ce que nous voulons pour éviter tout dérapage de ce genre: une commission citoyenne hors parti politique doit pouvoir contrôler tout acte judiciaire.
6  Les nombreux dossiers qui nous sont confiés et pour lesquels la justice, dans la plupart des cas, n'a pas fait son travail d'application des lois et du droits seront forcément en régression quand les juges ne seront plus élus par la politique et contrôlée par des laïcs.
7  Il faut mettre un terme à un moralité publique douteuse et seul un contrôle des employés du peuple, en Démocratie c'est ainsi, y mettra un terme.
8  Pauvres Suisses, leur Gouvernement tire de leurs poches des milliards pour l'étranger, alors qu'eux se voient êtres contraints au divorce pour ne pas qu'ils touchent leurs retraites.
9  Comment voulez-vous que les instances judiciaires Européennes punissent ce pays, même en cas gravissime d'atteintes aux Droits de l'Homme, (nous rappelons que la Suisse a réinstauré la répudiation et que c'est l'Etat qui est une véritable entreprise en divorces à travers des juges politisés, qui les organisent, par abus de faiblesse et pour un motif égoïste, (puni par le code pénal suisse) sur celui du couple qu'ils connaissent pour avoir le discernement aboli. Une vache à lait, elle se soigne et même pour l'UE l'argent n'a pas d'odeur. 
10  L'UE est la grande responsable de l'émergence des partis populistes, comme elle les appellent avec condescendence. Populiste veut dire, me dit mon dictionnaire s'occuper du peuple, elle aurait été un peu plus populiste et beaucoup moins argentivore, elle aurait eu un avenir radieux, mais c'est trop tard, nous ne lui faisons plus confiance...
11  Quand j'entends un élu dire qu'il fait de la politique par passion, je lui dis, le seul moyen d'en être sûr, c'est de la faire bénévolement.
12  La compétence en politique, laisse rapidement la place à d'autres considérations, beaucoup moins avouables.
13  L'UE a laissé la place à un  malaise social, qui est inévitable, quand il y a une femme qui est mise en exergue tous les jours et que l'on dit d'Elle, qu'Elle est la plus puissante du monde, alors que les autres Présidents sont inconnus des peuples souverains, il y a malaise et pas seulement social. 
14  Les dernières élections allemandes ont remis un peu d'ordre dans la supprémacie de la presque seule personne connue dans l'UE.
15  Nous attendons un autre fonctionnement de l'UE.  
16  En Démocratie, toutes les constitutions doivent prévoir la sédition.
17  Non  aux  juges étrangers./
18  Les syndicats européens doivent se réunir et former un parti politique des travailleurs et des classes moyennes.
19  L'UE est intéressée par l'argent que la Suisse lui laisse, mais pas pour ses montagnes...
20  Le Gouvernement de Madrid doit être jugé pour ses violences envers la Catalogne. 
21  L'UE doit s'en prendre uniquement à Elle-même, si les peuples ne se reconnaissent pas en Elle.
22  L'UE, c'est le Gouvernement mondial, c'est le retour du vassal qui sert les riches.
23  Je comprends que des Suisses disent avoir honte de leur pays: que des gens crèvent la faim dans ce pays et voient leur Gouvernement donner leurs impôts aux autres pour se faire bien voir, c'est odieux.
24  Nos politiques français n'ont pas compris ce que leur patron, (le peuple) attend d'eux, je pense aux frais de voyage du 1er ministre et à la demi douzaine de véhicules du ministre de l'écologie.
25  Effectivement je le crois, il ne peut pas en être autrement.
26  Bien sûr qu'un élu doit être irréprochable, surtout dans sa vie privée. Le privé a ses limites quand on fait de la politique.
27  Tromper son époux (se), est la pire offense qu'un individu puisse faire à sa moitié, quand c'est un élu qui s'adonne à ce mensonge, le peuple doit pouvoir se prononcer sur l'éthique de cet employé. 
28  Le patron, le peuple, doit décider si il veut encore de cet employé pour le représenter.
29  La presse écrite ou audio, on en parle beaucoup ces temps, pourquoi ne pas dire oui à no billag, quand nous savons par nos enquêteurs, que notre dossier confirme, que des juges suisses abusent de la faiblesse des fonctionnaires malades et âgés suisses, en les contraignants au divorce, pour qu'ils ne laissent pas des veuves, mais des divorcées, afin qu'Elles ne touchent pas leurs dûs et qu'au moins six médias se sont tus sur le sujet, y compris la RTS. Pourquoi soutenir ce média, qui a prouvé, qu'il n'est pas public et au service du pouvoir en place. 
30  Les valeurs de droite, comme celles de gauche qui laissent faire, sont à réinventer, elles doivent réhabiliter l'éthique, la morale et la déontologie qui font que l'être humain est humain.
31  En ma qualité de femme musulmane, je le dis, le voile est une démonstration politique.
32  Je suis très content d'avoir enfin obtenu de l'assemblée, son acceptation au boycot de toutes les marques, qui nous saoulent dans les médias.
33  Les partenariats publics privés sont une catastrophe pour les services publics.
34  Seule une commission citoyenne hors contexte politique, doit pouvoir accéder et contrôler que ces parteneriats ne sont pas déséquilibrés en faveur du privé, comme nous en avons le sentiment actuellement.
35  Quand j'entends un scientifique dire, que les bienfaits des médecines alternatives, ne sont pas prouvés, je lui réponds, - c'est que tu n'as pas encore trouvé, cherche encore.
36  La révolution est en marche, pas seulement la France.
37  Ils ont mis en place une économie de croissance, qui n'hésite pas à nous rendre malade, au sens propre du terme.
38  C'est évident qu'une croissance débridée, comme celle que l'on nous impose, a un effet désastreux sur l'environnement, mais elle enrichit à milliards les grosses entreprises.
39  Il faut insister, nous voulons manger local et bio.
40  Nous devons trouver des aliments sains, sans sel, et sans sucre et exempt de toute chimie. 

Groupement  Bénévole  sans  frontière.
Texte dicté par nos bénévoles dans la séance plénière du 18 décembre 2017, pour la Suisse romande.

1  Une Démocratie existe parce que les juges appliquent les lois sans conditions et pas parce que la justice est rendue par le parti libéral-Radical en Suisse.
2  Voyager au meilleur tarif et pour la même sécurité, cela s'appelle du bon sens, de l'éthique, même pour un premier ministre.  
2.1 Ne pas aller chercher la signature unique pour créer un divorce, auprès de celui qui a 75 ans et qu'un collège de juges connaissait pour avoir le discernement aboli (les mêmes) a licencié quand il en avait 63 pour une incapacité à tenir son poste de travail cela s'appelle de la déontologie, comme le fait que juges et avocats ne prévariquent pas.
3  C'est bien volontiers que nous vous rappelons les faits et pourquoi le Groupement s'est investi dans ce dossier suisse. Après plus de quarante années de service, un greffier-adjoint du Palais de justice de Genève, se fait remercier par sa hiérarchie,(des juges) pour incapacité à tenir son poste de travail, il a 63 ans.                  Ce fonctionnaire est marié à notre bénévole no 137 et ils ont deux enfants.                                                          
Ce fonctionnaire malade alcoolique a été diagnostiqué à 61 ans atteint du syndrome de Korsakoff, nous vous invitons tous à visiter les nombreux sites sur le sujets.                                                                                                                                                       
Le législateur suisse a en 2004 fait une loi qui est résurgente de la répudiation, ce qui est contraire à la constitution. Cette loi, dit que celui du couple qui est séparé depuis deux ans peut demander le divorce et l'obtenir et tant pis pour l'autre. Cela s'appelle une répudiation.                                                                                 
Ce que la loi ne dit pas, c'est que ce sont des juges du parti Libéral-Radical genevois, qui organisent le divorce en toute illégalité, par abus de faiblesse et pour un motif égoïste, puni par le code pénal suisse. D'abord ils évincent tout simplement l'épouse, elle n'a pas existé dans la procédure et les juges initiants de la procédure s'assureront de la collaboration de plusieurs avocats, celui qui dira qu'il a été mandaté par le mari, ce qui est faux et puis 24 maîtres se refuseront la défense de l'épouse.

                                                                                          
Ensuite, toutes les instances seront dépendantes de la première, y compris les Cours de justice de L'UE.  Nos collaborateurs qui se sont penchés sur le dossier, l'avaient constatés, la justice suisse ne fonctionne pas avec le droit et les lois que les juges appliquent à tous, mais avec des juges soumis au parti libéral-radical qui leurs a donné le job de juges, en compensation, ils bafouent et humilient dans leurs jugements, les classes moyennes  que ce parti abhorre.                                                                                                                                  
Dans cette société suisse où les juges font ce qu'ils veulent quand ils le veulent, même voler les retraites, par le biais du divorce contraint, par abus de faiblesse des malades mentaux, il n'y aura aucune instance pour condamner le délit d'initié, c'est ainsi que l'on nomme un acte qui consiste à connaître une situation et à en profiter.,abus de faiblesse pour motif égoïste, abus d'autorité sur personne déficiente mentale connue par les juges, trahison de la vérité, rétention d'informations connues des juges.                                                             
Ce qui épate, mais dans le mauvais sens, c'est quand même que la gauche accepte, que les commissions des affaires juridiques de la Chambre appelée du peuple... et Celle des cantons soient présidées par la droite, qui n'aime pas les classes moyennes et que dans la première, au moment des faits, s'y trouvent deux avocats genevois de droite où est la gauche et les alémaniques ? à rappeler que ces commissions n'ont pas daigner répondre à nos courriers.                                                                                                                                  Difficile dans ce contexte de parler d'un Etat de droit, quand la justice est rendue par l'intime conviction du parti politique PLR et non par l'application du droit et des lois...        
4  Je tiens à remercier chaleureusement les bénévoles qui s'investissent dans ce dossier qui nous concernent tous. Je pose la question, mais où sont les socialistes? ailleurs, ils préfèrent oeuvrer pour la grande machine européenne dans laquelle nous ne voulons pas entrer, parce qu'Elle aime seulement l'argent des suisses et pas les Droits qu'Elle devrait apporter aux citoyens. Elle n'a même pas les Cours de justices adéquates qui fustigent l'atteinte fondamentale au Droits de l'Homme, qui est de décider soi-même de son état civil, ce qui n'appartient ni aux juges, ni à celui du couple atteint de démence (Korsakoff; les juges qui ont diligentés la procédure connaissaient cet état) à décider pour l'autre époux.
5  La Suisse est une sommité en matière de Droits Humains et l'UE la suit: elle fait une loi résurgente de la répudiation (belle avancée). D'après les lois suisses, quand il y a divorce, il n'y a plus de fautes à faire valoir, vous voyez le stade de la protection familiale... c'est la raison pour laquelle,. des crimes post-divorces fleurissent pratiquement chaque jour. Cette vision du divorce permet aux juges de diligenter des divorces à leurs guises, mais manque de pot, dans le dossier qui nous occupe, le mari, diagnostiqué atteint du syndrome de Korsakoff, à 61 ans et mis à pied à 63 ans (par les mêmes juges) ne se souvenait pas à 75 ans et même bien avant, (ce qui avait déterminé la faculté de médecine, de le contraindre à une séparation légale de sa famille) qu'il était marié... ce qui est la condition ciné quanon pour faire une demande en modification de l'état civil d'un couple. Nous sommes bien en face d'une arnaque judiciaire. Il n'est pas rare qu'un juge rappelle à l'ordre un citoyen pour outrage à magistrat, nous l'avons constaté, il existe aussi des juges qui outragent des justiciables en détournant les lois de leurs contextes, pour des mobiles exempts de lois et de déontologie.                                                                                                                                                      
Nous ne croyons pas, que la conceptualisation de la nouvelle loi sur le divorce, ait un autre but que la spoliation des retraites des fonctionnaires.
6  Macron a un objectif pulsé par le Gouvernement mondial, anéantir le service public. Quand les communes n'auront plus la possibilité de viabilité, à force de leurs enlever les moyens nécessaires à leurs autonomies, ce Président dira on n'a pas le choix, il faut privatiser...  c'est le but de toutes les dictatures, gouverner sans les citoyens.
7  En Démocratie, élire n'est pas suffisant, c'est assurer à chaque électeur que sa voix sera respectée et pas manipulée.                    
 Les peuples n'ont plus d'alternative, ils ont besoin d'un parti populiste, ce qui veut dire qui s'occupe du peuple maintenant. Avis à tous les européens qui veulent un autre libéralisme.
L'identité, ce sont des racines, une culture que n'auront jamais les doubles et multi-nationaux. C'est pourquoi par souci d'équité nous voulons un parti qui abroge ces privilèges.
8  Quand un pays ne protège plus les siens, c'est la sédition assurée.
9  Quand je vois tous les dossiers que nos bénévoles essayent de résoudre parce que les autorités judiciaires ne le font, pas par indexation au système politique, alors oui il faut inclure des experts, des juges non inféodés aux systèmes et pourquoi pas des bénévoles ou semi-bénévoles.
10 Un élu politique double national, fait de la politique pour sa première nationalité et c'est humain, mais non compatible avec ce que nous attendons d'eux.
11  Nous ne remercierons jamais assez le Conseiller fédéral Ignazio Cassis d'avoir eu de la déférence envers le peuple suisse de souche, en abandonnant sa première nationalité.                                                                   
Soyons attentifs lors des prochaines élections. 
12  La  mondialisation n'est pas là pour s'occuper des personnes, mais du fric...
13  Qu'ils ne nous parlent plus d'expérience politique, on a vu où elle nous conduit.
14  Je vous le dit, il va y avoir une révolution citoyenne mondiale.
15  Les fautes aux riches toujours plus riches, que les Gouvernements protègent par des lois non appliquées et les Big data qui nous espionnent jusque dans nos chambres à coucher.
16  Tant d'argent qui circule à travers le monde et tant d'enfants et adultes qui affamés meurent, cherchez l'erreur.
17  Ils ont tous les moyens pour détruire les classes sociales qui leurs déplaisent.
18  J'appelle tous les automobilistes à ne plus emprunter les autoroutes quand ils devront se faire suivre par une vignette éléctronique.
19  Quand dans toutes les assemblées exécutives et parlements, institutions et pouvoir judiciaire, il y aura un tiers de citoyens obligatoirement hors parti, alors nous pourrons parler de Démocratie.                           
Les partis politiques ont déçus par leurs petits arrangements contre le peuple.
20  Je ne comprends pas qu'un parti politique oublie que ses élus le sont par le peuple et sont salariés par lui. Du respect pour ceux qui vous assurent votre job, heureusement temporairement.
21  C'est tout le système français qu'il faut revoir. Un homme seul ne doit pas pouvoir prendre la responsabilité pour près de 70 millions de citoyens.
22  Quand Macron a mis en place des ministres inexperimentés, j'ai applaudi, mais vite déchanté, par l'inféodation excercée sur eux.
23  C'est évident les partis ne perdent pas une occasion de trahir le peuple, nous le voyons avec la procédure unilatérale en divorce diligentée par la droite PLR suisse. Contraindre au divorce un fonctionnaire atteint de démence, pour ne pas que sa veuve touche sa retraite, c'est grandissime.
24  Ma famille et moi étions des inconditionnels du PLR, je dirais même des convaincus de père, mère en fils, fille, c'est du passé. Plus une voix à ce parti qui blesse et humilie les classes moyennes. 
25  Les citoyens suisses auront un nouveau Président pour 2018, il fait partie du clan socialiste, nous préférons ce terme à celui de famille, la politique n'a rien d'une famille.        
Ce Président dit que les institutions suisses ne sont pas en danger, nous le détrompons, quand dans ce pays, la justice est infligée aux classes moyennes par le parti libéral-radical qui décide quand les ressortissants de ces classes doivent divorcer, pour spolier les ayants-droit de leurs retraites, la Suisse n'est pas un Etat de droit, qui plus est votre parlement a fait une loi résurgente de la répudiation et c'est contraire aux constitutions suisses et européennes.                                                                  
La réforme des retraites doit exiger que tous les citoyens vivent dans la décence, y compris ceux que la Confédération accueille sans l'accord du peuple, mais selon des accords internationaux incompréhensibles. Quatre mille francs par mois pour vivre en Suisse sont un minimum et nécessaires, quand l'on connaît le prix des logements... Il faut étudier la possibilité de garantir ces sommes depuis le premier et le 2me pilier. Le parti de ce Président a instigué L'AVS, c'est remarquable. Maintenant ce parti à la Présidence doit faire voter le peuple sur le volet non cumulant de l'Avs et 2me pilier, quand le cumul des deux piliers dépasse le montant de 4 mille francs (montant pouvant être réévalué) Nos bénévoles suisses se disent fiers d'avoir payé le ter pilier, pour le partager avec ceux qui n'ont pas eu la chance d’exercer une profession bien rémunérée et en conséquence avec une prévoyance vieillesse suffisante. Si un travailleur retraité touche un deuxième pilier de plus de 4 mille francs, il ne pourra pas en plus toucher le 1er pilier. Cela s'appelle de la solidarité, de plus ceux qui touchent une grosse retraite ont souvent un troisième pilier constitué par une carrière qui le leur a permis, ce qui n'est pas le cas des salaires minimums et souvent plus pénibles.                                                                             
Voilà Monsieur le Président, ce que nous attendons de vous, convaincre la gauche, ce qui ne devrait pas être un écueil pour elle, si elle est vraiment de gauche; convaincre la droite, ce n'est pas évident, quand on l'a appris à nos dépens, elle n'aime pas les classes moyennes, au point qu'elle phagocyte la justice par intérêt économique. (dossier à lire dans nos pages internet, fake news exclus) Nous vous rappelons que l'attitude des Cours de justice sur notre dossier (que nous avons été contraints de mettre en ligne, faute de lois et de droits appliqués par une justice neutre et indépendante) ne nous enclins pas à dire oui à l'UE, mais à en sortir pour ceux qui y sont et ne pas y entrer pour ceux qui voudraient commettre cette erreur. L'ensemble de notre Groupement dit non aux juges étrangers.
Nous souhaitons à Monsieur le Président de la Confédération 2018 une excellente année présidentielle et qu'elle soit consacrée aussi aux citoyens souverains et payeurs., même si la politique actuelle traite cette orientaton de populiste.