jeudi 12 juillet 2018

Le Conseil Fédéral défend-il les privés ou le public?



Texte du Conseil fédéral de 1904


Groupement Bénévoles  sans frontière
ne travaille pas avec des fake news.
Le Conseil Fédéral  actuel défend-il les privés ou le service public?
--------------------------------------
Il n'est pas entré en matière sur la votation sur MONNAIE PLEINE, ce faisant, il a défendu les Banques privées.
Nous lui demandons alors d'en assumer les conséquences à venir. Il doit protéger tous les comptes de chaque citoyen, y compris ceux des classes moyennes, comprenez, ceux qui ne font pas partie d'un parti politique ou du système.
Nous demandons par cette initiative, qu'en cas de faillite d'une Banque, les comptes soient assurés par le CF, non pas à la hauteur de 100 000 francs suisses, mais intégralement et sans conditions, notamment celle d'introduire une procédure judiciaire.
Nous remercions chacun d'entre-vous, qui a compris l'enjeu de cette votation et qui a voté OUI A MONNAIE PLEINE.
Nos remerciements vont aussi à notre bénévole n0 1004, économiste française pour ses explications, qui nous a permis de voir clair dans ce dossier et de prendre notre décision de voter OUI A MONNAIE PLEINE. A tous, nous vous souhaitons un bel été et vous disons, au plaisir de vous rencontrer à l'assemblée d'automne, si ce n'est pas avant.
Important: la Confédération suisse a dit que les comptes en banques sont assurés à frs.100 ooo
en cas de faillites de ces Etablissements bancaires.
Nous sommes persuadés, au vu de nos expériences entre clivages, de certaines classes sociales, que les élites seront assurées de toucher l'entier de leurs avoir en banques, alors que celles, que les avocats ne veulent pas défendre, ne toucheront pas un kopek.
PETITION: les classes moyennes demandent à la Confédération que tous les comptes bancaires, soient assurés à hauteur de 1 million de francs en cas de faillites bancaires, pour toutes les classes sociales qui le possède et pas seulement pour une élite soutenue par les partis politiques.
Cette pétiton ne peut être signée que par des citoyens suisses, il faut 100 000 signatures, récoltées en dix mois
-----------------------------------------------------





"le Matin" cesse de paraître !


Groupement bénévole sans frontière.
Ne travaille pas avec des fake news.


Le journal suisse "le Matin" va cesser de paraître. Voilà pour quelle raison nous ne porterons pas le deuil.
Nous avons déposé en son temps, à la Rédaction de ce journalier, le dossier préoccupant du vol de nos retraites, par contrainte des époux de fonctionnaires genevois, au divorce. Le message demandait au journaliste Ludovic Rocchi de se pencher sur la validité de la nouvelle loi sur le divorce, résurgente de la répudiation, que l'Etat diligente sans y être invité par l'un ou l'autre des époux et défacto du dysfonctionnement judiciaire, la fin justifiant les moyens pour voler nos retraites...
(lire le dossier) Nous attendons toujours un message de ce Monsieur...Ce journal, ce n'est pas le seul, a montré toute sa dépendance de l'établishment.
C'est évident, que des centaines de tasses de café ne seront plus consommées dans les Etablissements publics.
Je ne lisais plus le Matin, depuis que ce journal acceptait les pubs porno.
En aucun cas je ne lirai le canard sur un écran, on en a assez pendant la journée et lire sur du papier, c'est bon pour la santé.
Il est indubitable que la presse, ne doit pas être subventionnée par le service public, parce qu'alors, elle ne pourra absolument plus dire les réalités des évènements.
Quand on voit le comportement de certains élus, ils ont tous un grand intérêt à la museler...
Les Entreprises suisses délocalisent pour payer moins les ouvriers, les impôts etc. nous avons besoin du'un parti politique qui leur explique combien cela leurs coûtera de rentrer au pays avec des chiffres concrêts.
Un vrai parti de gauche aurait depuis longtemps, fait le nécessaire pour diminuer l'optimisation fiscale des extras-riches.
Une vraie gauche ne se poserait pas la question, faut'il taxer la robotique ? elle dirait chaque robot qui remplace un travailleur doit payer les charges sociales d'un individu.
Chaque personne doit pouvoir vivre décemment à la retraite, mais pas plus qu'il ne faut, le 1er pilier et le 2me doivent se rejoindre et attribuer à tous admettons frs. 5ooo, à discuter, selon le prix de son loyer. Des commissions citoyennes hors partis politiques seront chargées de faire un contrôle sérieux.
Revoir le système est obligatoire, nous voyons régulièrement ces élus s'octroyer des augmentations, par-ci, des petits bonus par là etc. Nous voulons comme dans toute bonne Démocratie que le peuple souverain décide le montant qu'il veut réserver aux élus. Après tout c'est lui le patron.
Augmenter l'âge de la retraite des femmes quand la loi sur l'égalité des salaires sera respectée...
Le PLR est un parti suisse qui préfère les fonctionnaires divorcés aux veufs et pour un motif égoïste fait tout pour, il pourrait aussi pour le même motif les préférer morts.
Tous les partis qui sont sur le marché suisse de la politique, sont pour le vol de nos retraites, eh oui les socialistes aussi. (voir dossier)
Au moins les populistes s'occupent du peuple et c'est bien là, la base de la Démocratie.
Moi je dis que TRUMP a raison, l'Amérique d'abord avant le système que soutient MACRON.
PRAGMATIQUE, méfions-nous de ceux qui font de la politique et qui disent l'être. C'est trop souvent pour noyauter les peuples.
Le Conseil Fédéral défend-il le service public ou les Banques privées, en s'opposant à MONNAIE PLEINE, il a montré son affection particulière pour ces dernières.
Il doit alors prendre la responsabilité de la prochaine crise à venir et assurer l'entier de la somme qui se trouvera sur les comptes au moment où unr Banque privée fera faillite et non pas Frs. 100 000 comme il le propose actuellement.
C'est la raison pour laquelle nous lançons cette initiative.
Le peuple suisse a été très cohérent, il a dit non à des jeux olympiques onéreux, alors que les caisses de pension des fonctionnaires sont vides au point que la Suisse a fait une loi qui est résurgente de la répudiation, utilisée pour un motif égoïste (puni d'office par l'article 115 du code pénal) par les juges civils qui organisent des divorces de fonctionnaires dont ils connaissent le discernement aboli, le but étant de priver l'épouse de son 2me pilier (retraite en Suisse). Comment ce pays aurait-il eu les fonds nécessaires pour des jeux qui réservent toujours de mauvaises surprises financières.
La Suisse fait très fort en matière de Droits de l'homme, elle met en place un système judiciaire qui contraint aux divorces les classes moyennes, sans faire signer aux intéressés en l'occurrence, à l'intéressée, un acte de divorce.
N'importe quel avocat compétent aurait vu là un moyen de recours et de révision, sans compter que quand plusieurs avocats déclinent un dossier, il y a magouille dans l'air...
C'est évident le complot est rééel et combien d'autres divorces pour un motif égoïste, les classes moyennes en seront-elles les victimes ?
...et que disent les Cours de justice européennes? Circulez, il n'y a rien à voir. (voir dossier en ligne) De pro-européens, nous sommes devenus des adversaires de cette Europe là. Fuyons-là...elle n'aime pas les classes moyennes, elle est comme, En Marche ou le PLR suisse.









Présidente du Conseil de l'Europe.










Groupement bénévole sans frontière.

Travaille sans fake news

section des expatriés suisses.

Madame la présidente du Conseil de l'Europe.

C'est toujours réjouissant pour des compatriotes, quand l'Une d'entre Elles, accède à un poste prestigieux. Nonobstant, notre enthousiasme est tiédi par ce que vivent certains citoyens suisses, grâce à la résurgence anticonstitutionnelle de la nouvelle loi sur le divorce, qui autorise la répudiation dans le pays (deux ans de séparation et l'un d'un couple peut solliciter et obtenir le divorce, en l'occurrence dans notre dossier, celui qui ne sait plus qu'il est marié, qui a 61 ans était diagnostiqué atteint du syndrome de Korsakoff et a dû quitter son poste travail à 63 ans, ne pouvant plus l'assumer et qui a 75 ans, aidé par la justice civile, qui lui extorque sa signature, pour demander un divorce unilatéral, ce voeux n'ayant jamais été fait avant la nouvelle loi sur le divorce)Nous demandons l'abrogation de cette loi inique, elle est contraire aux Droits de l'homme.

Sa conceptualisation, nous l'avons testée dans la procédure mise en ligne, faute d'avoir été gérée par le droit et les lois régaliens d'un Etat de droit, permet à la justice civile de votre canton, de diligenter des procédures unilatérales en divorces par extorsion de la signature de celui du couple, qu'elle connaît pour avoir le discerenement aboli. En effet, les mêmes juges, qui ont décidés l'incapacité d'un greffier-adjoint, qui a fait carrière depuis des décennies au Parquet du Procureur général, c'est dire qu'il en connu quelques-uns, l'obligent à le quitter à 63 ans et organisent le divorce, à 75 ans. l'épouse sera évincée de la procédure, 24 avocats refuseront le mandat de sa défense, alors que la Cour de justice mandatera elle-même l'avocat de Monsieur. C'est une atteinte à l'honneur sans précédent de l'épouse, qui a suivi l'injonction médicale d'éloigner le malade de la famille, par une procédure légale, ce qui fut fait, la même année, qu'il perd son travail.

Il pourra réintégrer la famille, si il le souhaite et si il accepte une thérapie appropriée à son état.

A 75 ans, les mêmes juges qui ont été ses collègues de travail, toute hiérarchie professionnelle respectée, heurtent à sa porte et lui font signer une demande unilatérale en divorce, lui qui n'a plus les facultés de se souvenir qu'il a une famille, abandonnée à cause de sa maladie mentale.

Nous déplorons qu'aucune instance judiciaire, n'ait été capable de respecter le droit et les lois existants, appliqués, cette procédure aurait été caduque.

Nous avons donné à des Arrêtistes, le dossier pour expertises, il ne fait aucun doute, le motif égoïste est omniprésent, il est puni par l'article 115 du code pénal suisse.

En contraignant l'épouse au divorce, défacto, on lui supprime sa retraite, prévue à un veuve future (elle n'a pas touché 1 franc) qui a sacrifié sa carrière à celle de son mari pour élever les deux enfants du couple et que la maladie du père n'a pas permis à ce qu'elle l'a continue, comme prévu, les enfants grandis; la maladie du père, ayant été active, bien avant le diagnostic posé à 61 ans .

Dans ce dossier, nous n'avons jamais pu obtenir la moindre réponse à nos questions relatives à ce dysfonctionnement judiciaire, qui n' a jamais été contredit par une instance, il nous a semblé qu'elles étaient toutes solidaires...Il n'y a pas eu de séparation des pouvoirs.

La Suisse punit jusqu'à 5 ans le mariage forcé et parallèllement, elle fait une loi qui permet aux autorités judiciaires d'exploiter la nouvelle loi sur le divorce.

Abus de faiblesse sur personne vulnérable. Abus d'autorité. Motif égoïste. Rétention d'informations, que les juges avaient pourtant eux-mêmes émises, douze ans auparavant. Refus de confirmer la maladie mentale du mari, par une expertise psychiatrique, Refus d'externaliser le dossier. Effets collatéraux séditieux à un Etat de droit, écoutes téléphoniques, perquisition de l'appartement de l'épouse, qui demandait un procès équitable, comme la loi le prévoit, la Cour s'est même permise d'intervenir auprès de la gérance qui louait depuis le 1er novembre 1968, un local commercial, que l'épouse avait mis en gérance, dans le but de reprendre ses activités professionnelle.

Décision de justice nous a dit la secrétaire, de la régie...

C'est peut-être la trop grande proximité entre Strasbourg et Genève, qui n'a pas permis aux Cours européennes de justice de régler ce dossier à satisfaction d'un Etat de droit? qui plus est, cette procédure se passe dans la ville, le pays qui accueillent, le Conseil des Droits de l'homme de l'ONU.

Le dossier se situe chez le Procureur général Jornot , depuis avril 2014, chez lequel une plainte pénale justifiée a été déposée en son Parquet. Le contenu de cette plainte demande l'invalidation d'un divorce diligenté de toute pièce par des tiers, pour le motif que l'on connaît et la restitution en un montant global du 2me pilier dû à une veuve, prévu par la caisse de pension dès le 1er février 2013, date du décès de l'époux et pendant 25 ans. Qui que ce soit qui abuse de la démence d'un fonctionnaire ou pas, c'est du pénal et non du civil, comme répondu...nous stipulons que nous n'avons pas souhaité, à ce que ces juges soient punis, bien qu'étonnés de les retrouver actifs dans ce dossier, à la Cour supérieure de la magistrature de Genève et que le Ministre de tutelle ne soit pas intervenu dans la surveillance de ces Magistrats...

En apparté, si les juges exploitent le motif égoïste pour les divorces, qu'en sera-il dans le suicide assisté ou euthanasie? Il y a lieu de se poser la question.

Nous prenons congé en espérant grandement une réponse résolutoire, de la Présidence du Conseil de l'Europe, si ce Conseil ne le faisait pas, cela voudrait dire que L'UE abonde dans les divorces proclamés par les Etats, une loi n'est jamais pensée pour nuire à une seule personne et ce sont bien des milliers de divorces qui seraient projetés dans la CE.

Tant qu'un dossier n'a pas été réglé sur la base du Droit et des lois, il ne peut être prescrit. Nous sommes impavides, une société ne peut accepter le solipisme juridic et ensuite s'étonner que des partis populistes naissent de partout et se désolidarisent de l'UE. Les personnes dans la viduité n'ont pas de synadicat pour les épauler, la création d'un parti politique est la seule échappatoire.

Notre Groupement fonctionne à la majorité présente et notre bénévole no 137, l'épouse spoliée, n'a pas obtenu l'adhésion, pour que ce courrier vous soit adressé en primeur de sa mise sur la toile, nous le regrettons.

Le Groupement, toutes nations confondues, vous fait part de son admiration pour votre engagement à cette Présidence, dont il sait que tout ne sera pas simple chaque jour, il vous accompagne moralement dans votre tâche et il vous prie de croire, Madame la Présidente du Conseil de l'Europe, en ses respectueuses salutations.

NB nous ferons suivre, à l'attention de qui de droit vos interventions.

Annecy, le 13 juillet 2018

Pour les Expatriés suisses du Groupement:




mercredi 6 juin 2018

PLR, conflits d'intérêts




L'essentiel, est que cette nouvelle chancelière, soit issue de la société civile, 
donc, hors parti politique.


1
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Le grand problème, c'est que le Procureur général du canton de Genève, 
Olivier JORNOT, qui ouvre une enquête sur le voyage de Pierre MAUDET, 
est PLR comme lui... dès lors, faut s'attendre à un non lieu, 
ou à tout autre subterfuge pour le disculper. 
Nous n'oublions pas que les juges et les procureurs, jugent selon leur sensibilité politique. 
Il faut que cela change!


2
______________________________________________________________-


Monsieur MAUDET est le magistrat de tutelle de l'appareil judiciaire genevois. 
IL n'a rien trouvé d'anormal à ce que les juges de son canton abusent de la faiblesse des fonctionnaires qu'ils connaissent avoir le discernement aboli et à ce que le procureur dise que c'est du civil. 
Il se pourrait bien qu'il y ait un renvoi d’ascenseur.
3
----------------------------------------------------------------------------------------------
Notre Groupement, n'est pas ravi de la nouvelle composition 
du Conseil d'ETAT genevois et voici pourquoi.



Il y a quatre juristes sur sept élus au Conseil d'ETAT, c'est trop.
Dans notre dossier, trois de ces juristes auraient pu éviter qu'il existe.
MONSIEUR POGGIA MCG alors avocat, fait partie des vingt-quatre qui ont dédaigné la défense de l'épouse du fonctionnaire diagnostiqué atteint du syndrome de KORSAKOFF.
MADAME FONTANET PLR était collaboratrice de l'étude CANONICA qui s'est laissée mandater par les juges et non par le mari de notre bénévole. 
IL y eu mensonge.
MONSIEUR MAUDET PLR n'a pas fait son travail de tutelle de la justice, certainement son appartenance au PLR, l'en ayant empêché...
nous demandons également une enquête.
 Ce magistrat ne doit pas accéder au Conseil fédéral.
MADAME EMERY PS (non juriste) était une parlementaire, 
avant d'être une Conseillère d'Etat, 
membre d'une commission du grand Conseil genevois, elle a été saisie 
et voici sa réponse traduite, CIRCULEZ; il n'y a rien à voir.


4

vendredi 4 mai 2018

Miettes diverses




Bravo à Facebook pour ne pas céder aux demandes de censures ou d'identifications des personnes qui disent la vérité sur le comportement de leurs institutions, car même si ces demandes proviennent d'un Etat démocratique, son comportement peut être despotique. 
Exemple: Les fonctionnaires suisses sont victimes, dès qu'ils sont incapables de discernement, des juges libéraux-radicaux, qui diligentent à leur place des procédures civiles, par abus de faiblesse et pour un motif égoïste, puni par l'article 115 du code pénal suisse. Ils s'assurent d'une coalition d'avocats pour que les lésés ne soient pas défendus et comme le Procureur général est du même parti politique et que nous savons que c'est le parti qui gouverne la justice, le PG dira que c'est du civil, ce qui est bien entendu faux. En Suisse les juges font ce qu'ils veulent, quand ils veulent, volent qui ils veulent, évidemment les classes moyennes détestées par ce parti politique.
L'Europe, telle que ses Cours de justice la définissent : on ne dit rien à la Suisse qui n'observe pas le basique des Droits de l'homme (se divorcer sans la contrainte de l'Etat, par abus de faiblesse sur celui du couple que les juges connaissent avoir le discernement aboli) et vous n'avez pas le droit d'aller vers une autre instance. (voir dossier) ce qui se résume : l'UE fera comme la Suisse, les institutions anéantiront les classes moyennes, par l’inexistence du Droit et des lois, appliqués aux classes moyennes. (voir Dossier) pour L'UE.
Lire ce qu'en disent les Cours de justice européennes, vous comprendrez que nous n'aimons pas cette Europe et que la voir se disloquer ne nous étonnent pas.
Nous sommes très satisfaits qu'en fin les gauches européennes veuillent s'entendre pour servir les classes moyennes, mais il faut cesser ces guerres de chefs et avoir une vision de base de ce que doit être l'économie, monnaie pleine sera votée en Suisse le 10 juin prochain c'est par l'acceptation de cette vision du capitalisme que nous rendrons aux travailleurs aux bas revenus, aux peuples, un service public transparent et non aux privés qui privatisent les bénéfices et laissent à l'Etat, donc nous payeurs d'impôts, des ardoises insupportables pour les collectivités. Oui à monnaie pleine le 10.6 2018
Il ne faut pas oublier que privatiser l'Etat est le but des privés et que malheureusement des Etats démocratiques, se laissent embobiner, quitte à trahir leurs peuples.
Macron aura fait au moins une bonne chose, il aura rendu résurgent mai 68 en mai 2018, c'est un beau jubilé.
Testez votre voiture, vous espionne-t'elle? parquez-vous sur une place interdite et restez au volant, si dans le quart d'heure qui suit la maréchaussée arrive, c'est que votre véhicule a donné l'information, séparez-vous alors de brig brother.
C'est un immense défi pour les gauches européennes, rendre aux citoyens leurs dignités et cette dignité passe par une véritable Cour de justice où sont défendus les droits humains. Droit à ne pas êtres contraints à modifier son état civil par des juges suisses ou étrangers. Droit à ne pas vouloir du consentement présumé pour donner ses organes. Le businness n'est pas à exclure, quand un pays fait une loi qui est résurgente de la répudiation pour piquer les retraites des ayants droit, il pourra faire mieux encore dans la déontologie...
Nous invitons tous les travailleurs gênés dans leurs déplacements par les grèves de la SNCF à ne pas se laisser impressionner, par le Gouvernement qui compte sur l'essoufflement et le ras le bol des usagers pour privatiser nos trains. Aujourd'hui vous avez du travail, demain, c'est votre corporation qui sera en danger de privatisation et vous serez contents d'êtres soutenus par l'ensemble des citoyens. Retraités joignez- vous aussi aux manifs, sans heurts svp.
Macron aurait été crédible lors de ses discours, si il avait dit, - Je me demande à quoi servent les milliardaires, si ce n'est pour donner aux plus pauvres, qui n'ont rien fait pour çà. Il aurait été vu comme le Président de tous les français.
Personne n'est dupe de la politique de Macron, c'est le bon petit soldat des banques privées et de l'anéantissement de l'Etat.
Lors de sa dernière intervention télévisuelle, j'ai vu la fausseté sur son visage.
Il y a des abuseurs sexuels et il y a des juges qui abusent de leurs pouvoirs.
Une Démocratie ne doit pas permettre de faire passer des lois par ordonnances, si non à quoi servent les députés.
Attention, vous entrez en Suisse et vous en ressortez divorcés par l'Etat...
La Suisse est un petit pays qui se dit démocratique, en réalité la dictature y fonctionne très bien.
Je m'attendais des discours de Macron: je vais faire rentrer les milliards d'euros planqués dans les paradis fiscaux et ils seront partagés pour les plus faibles économiquement...ma soeur Anne, n'a rien vu venir.
Grâce à la conférence de cette économiste, j'ai compris que je dois dire oui à monnaie pleine. J'ai compris pourquoi l'établishment n'en veut pas, lui qui travaille contre les intérêts du peuple.
Cette Suisse, qui non contente de voler vos retraites, pour y arriver vole vote identité. (voir dossier)
Il faut à tout prix que les Démocraties soient réévaluées et que des sanctions soient prises contre qui quonque qui la bafoue, il faut se donner les moyens d'anéantir un parti politique qui la bafoue.
Combien le Chef de l'Etat touche -t-il des grandes banques pour privatiser l'Etat? et du Gouvernement mondial?
Le peuple doit reprendre la gestion des autoroutes, elles lui apprtient.
L'UE a plus que déçu, elle est inféodée au mondialisme qui veut se débarrasser des classes moyennes, elle est incapable de mettre en place des Cours de justice indépendantes. (voir dossier) Elle n'est pas gérée par le droit et les lois, mais par les lobbies qui la manipulent et ensuite Elle nous les imposent.
Quand l'abus de confiance, l'abus de faiblesse, d'autorité, le mensonge, rétention d'informations, le motif égoïste, la volonté de nuire à l'une des parties, sont diligentés par la justice, elle-même, comment voulez-vous que cette même justice nous jugent.
C'est la raison pour laquelle nous disons non aux juges étrangers, ils jugent aussi selon ce que veut la politique...non à cette Europe qui fait fi des Droits humains.
Un pays comme la Suisse, qui réactualise la répudiation, pour permettre aux Cours de justice, de contraindre les fonctionnaires à divorcer, pour ne pas qu'ils laissent une veuve, avec des Droits, est un pays voyou et infréquentable.
Ah, c'est le parti des papers ?
Toute privatisation doit être avalisée par le peuple.
Nous ne voulons pas d'un Etat tellement libéralisé qu'il broie les classes moyennes, tellement il oublie qu'une Démocrtie est réelle parce que les juges appliquent droit et lois.
Peuples de gauches unissons - nous.
A la fin du règne de Macron, toutes les classes moyennes auront un tuteur, désigné par le gouvernement mondial.
...et les avocats dans tout çà, ils sont où? complices des juges.
La Suisse fait très fort en matière des Droits de l'homme, non contente d'avoir volé des enfants sous prétexte fallacieux, elle instaure la maltraitance en Epad et elle les contraints au divorce. Ce pays doit être mis sous surveillance constante, il pourrait aussi euthanasier les plus faibles, pour écourter leurs Droits à la retraite.
Le Conseil fédéral, ne veut pas que la Suisse soit le cobaye de monnaie pleine. Nous l'invitons à se le rappeler, quand il autorise la vente de médicaments qui font mourir ou poussent au suicide, quand nos enfants sont atteints de maladies irréversibles, dues aux vaccins non testés sur le long terme.
Lisez le livre de Vincent Jauvert. Les intouchables d'Etat Bienvenue en Macronie. Chez Robert Laffont. Nous voyons que la moralisation de l'Etat est un leurre et qu' à ce stade, c'est impossible à réaliser, tant le système est corrompu et que les corrupteurs ne veulent pas que cela change. Seul un mai 2018 fera bouger le système qui enrichi les élus et leurs copains, qui puisent dans les caisses publiques et que nous, bons petits soldats, nous renflouons. Ce sont les mêmes qui mélangent les genres, privatisent les bénéfices et laissent les milliards de dettes au public, qui veulent privatiser l'Etat, ce que fait d'ailleurs Macron. Ils pourront ensuite se servir des classes moyennes qui les serviront.
Qui écrira le livre dont voici le titre? LA SUISSE SCANDALEUSE.
Titres des chapitres: 1 LES ENFANTS VOLES A LEURS FAMILLES PAR L'ETAT.
2 VIOLES PAR CEUX QUI LES RECUEILLAIENT.
3 CONTRAINTES DE TUTELLES (quand il y a de l'argent et pas de famille)
4 CONTRAINTES DE DIVORCES PAR ABUS DE FAIBLESSE SUR
PERSONNES CONNUES DE L'ETAT, ATTEINTES DE DEMENCE .
5 UNE EPOUSE VEUVE VAUT MIEUX QU'UNE DIVORCEE pour le PLR.
6 CONTRAINTES DE L'ETAT D'ENTRER EN MAISON DE RETRAITE,
ALORS QUE LA PERSONNE EST AUTONOME. Son seul tort est de ne
pas avoir d'héritiers et des biens...
7 ENVOI DE PRODUITS CHIMIQUES EN SYRIE, POUVANTS ETRES LA BASE DU GAZ SARRIN, QUI DECIME LA POPULATION.
Il est évident qu'il faut limiter le pouvoir d'appréciation des juges, ceux-ci étant affiliés, nommés par un parti politique, ils font de la politique avant de faire du droit.
Un bon petit remake de mai 68 en mai 2018 ferait du bien aux Démocraties.
Le patron de Payot ferait bien de ne plus demander les coordonnées des personnes qui commandent un livre, nous boycottons toutes les formes de big data. Par contre, nous ne sommes pas opposés à ce que l'ouvrage désiré, se paie à la commande. Merci de mettre en vente le livre de Vincent Jauvert LES INTOUCHABLES D'ETAT bienvenue en macronie. A lire absolument.
Après lecture, nous comprenons pourquoi, il font de la politique et pourquoi, ils veulent supprimer le contrôle de l'Etat.
Dire oui à MONNAIE PLEINE le 10 juin c'est donner au peuple un droit de regard sur l'économie.
Je suis pour les jeux en ligne, à conditions que ce ne soient pas que les privés qui en bénéficient.
Maudet veut plus de policiers au niveau national suisse, il fait de la politique générale avant d'y être. Quand à nous société civile, nous estimons qu'il ne doit jamais accèder au Conseil fédéral, il n'a pas rempli son rôle de surveillance de la justice, dans son canton de Genève, comme le lui intimait son dicastère, ce qui veut dire, qu'il ne voit pas d'inconvénients, à ce que les juges de son parti heurtent aux portes des personnes affaiblies par lâge et la démence, pour en obtenir avantage...Voir dossier.
Le juges eux-mêmes, nous ont dit: nous sommes des êtres humains comme les autres et nous avons le droit de nous tromper. Nous disons à ces spécialistes du droit: quand nous achetons un appareil éléctrique et qu'il est défectueux, nous le rapportons à qui de droit, parce que nous l'avons payé. Nous payons chère la justice, pour qu'elle ne nous prive pas du procès équitable et nous le disons. Non les juges n'ont pas le droit de se tromper au détriment des lois et des justiciables.
Nous l'avons vu dans le dossier mis en ligne, qu'il n'a pas été traité avec conviction légale, mais avec une déterminationde nuire à une épous d'un malade mental, afin de faire d'Elle une femme divorcée sans les ressources dues à une veuve. Le calcul des juges est clair, en s'associants avec des avocats trahissants la charte de la défense, ils ont zappé la déontologie due à leur engagement professioonel. Seules des commissions citoyennes au service de l'éthique, qui doit exister dans tout acte judiciaire, remédieront à cet état de fait: la justice n'est pas neutre et nous n'envoulons plus.
La première réforme que les Démocraties doivent mettre en place, si elles veulent le rester, ce sont des juges qui ne souffrent plus de ne pas rendre des verdicts selon les lois et leurs sensibilités humaines.
C'est comme en politique, dès qu'ils sont élus, ils oublient pourquoi ils le sont.
Voter MONNAIE PLEINE le 10 juin prochain, c'est un moyen formidable pour les Suisses de ne plus êtres contraints, tôt ou tard de recomptabiliser les banques privées.
Les partis sont contres, alors ils confirment qu'ils sont contre l'Etat et qu'ils travaillent pour l'économie privée.
Sur la lancée, il faut rappatrier tous nos avoirs, qui sont à stokés à l'étranger, on se demande pourquoi, qui les gèrent et si nous les reverrons un jour?









Justice libérale-radicale ?


Groupement Bénévoles sans frontière (ne travaille pas avec des fake news)

Section des expatriés.

___________________________

Messieurs:

Philippe Nanternod vice-président du parti Libéral-Radical suisse, Conseiller national.

Alexandre de Senarclens Président du parti Libéral-Radical genevois

Pierre Maudet Conseiller d'Etat genevois parti Libéral-Radical, en charge de la justice.


Messieurs,

Notre engagement auprès du parti libéral-radical suisse, nous oblige à défendre la vision de la responsabilité individuelle, telle que voulue par l'organe faîtière du parti et ce pourquoi nous, membres de la 5me Suisse, nous votons et élisons.

Nous avons eu la fâcheuse observation de constater dans une procédure civile, qui a contraint le Groupement à la mettre en ligne, faute d'avoir été réglée par le droit et les lois régaliens: les juges mis en poste par le PLR, diligentent une procédure civile et combien d'autres? sans y avoir été invités par les personnes concernées. Se basant sur la nouvelle loi sur le divorce, sans les articles 16 et 17 CC qui font partie du paramètre, les juges du parti, que l'on retrouvent tout au long de la procédure, jusqu'au TF, à la Commission supérieure de la magistrature, (mêmes juges qui ont diligentés la procédure) et au moment des faits, à la présidence des Affaires juridiques du Conseil des Etats, tandis que celle du Conseil national sera assortie de deux avocats de la droite genevoise, dont l'un deux en est le Président. Ces deux Commissions ne répondront pas à nos courriers... Les juges du PLR, notre parti, se muent en entreprise générale en divorce, s'assurant la collaboration de vingt-cinq avocats, qui refuseront de défendre l'une des parties. Dans notre cas, même l'étude d'un Bâtonnier PLR représentera l'époux, bien que ce ne soit pas lui qui l'ait mandaté, mais la Cour de justice. La fin justifiant les moyens.

Compendium: nos juges PLR qui ont été des collègues d'un collaborateur du parquet, le licencient à 63 ans, pour incapacité à tenir son poste de greffier-adjoint. La même année, le corps médical enjoint son épouse à l'éloigner du milieu familial, par une procédure légale, la maladie mentale révélée à 61 ans (syndrome de Korsakoff) l'empêchant de vivre en structure familiale. D'ailleurs sa responsabilité envers sa famille se faisant déliquescente, comme celle envers son poste de travail. Ce n'est pas ce qui empêchera les juges PLR, d'extorquer à ce retraité de 75 ans, sa signature unilatérale (alors qu'il ne sait plus qu'il est marié) qui leur permettra de diligenter à la place du couple, une procédure unilatérale en divorce, l'épouse qui a toutes ses facultés intellectuelles sera évincée de la procédure et les avocats s'en détourneront.

Etonnant que des magistrats judiciaires ne se posent pas la question, douze ans après l'avoir licencié pour incapacité à tenir son poste de travail, -Est-il capable de décider de la vie privée de son épouse? lui qui n'est pas en mesure de gérer la sienne depuis douze ans et bien avat son licenciement de l'Etat.

Pour avoir demandé aux juges, anciens collègues de son mari, (toute hiérarchie professionnelle respectée) initiants et instructeurs de la procédure, un procès équitable, comme la loi le prévoit, l'épouse sera sanctionnée par des écoutes téléphoniques illégales, que le ministre de tutelle de la justice genevoise, a bien dû agréer, perquisition de son appartement, intervention auprès de la gérance, qui sans raison résiliera le bail professionnel, (le local restera inerte pendant plusieurs mois) mis en gérance libre, (là encore aucun avocat ne voudra intervenir) dans le but de reprendre ses activités, les enfants grandis, ce qui fût impossible avec un mari, qui bien avant le diagnostic confirmant sa maladie mentale, ne se souvenait pas qu'il avait charge de famille, au propre comme au figuré, demandant à sa femme, mais t'es qui? ou à ses enfants, tu as quel âge? ou, t'habites où?

Ces constatations, n'ont jamais fait l'objet d'une objection judiciaire, bien que les juges n'aient pas voulus confirmer la démence (qu'ils connaissaient) chez cet ancien collègue.

Il n'est pas acceptable, que le parti pour lequel nous avons des affinités, se comporte en prédateur, dans le seul but de supprimer le statut de veuve d'une épouse qui a sacrifié sa carrière à celle de son mari, pour élever les deux enfants du couple.

Notoirement, nous sommes dans un contexte d'abus de faiblesse pour un motif égoïste, article 115 CP puni d'office par cette législation et même si ce sont des juges qui s'y adonnent. Le temps passe, mais nous n'acceptons aucune prescription dans un dossier où la justice s'est défaussée, en n'appliquant pas les lois, qui étaient à sa disposition pour qu'un tel dossier n'existe pas... elle n'a pas observé la séparation des pouvoirs. Nous, qui par nos votes, contribuons à l'essor du parti, souffrons de le voir mal-mené par des remarques du type: c'est le parti qui va contraindre tous les fonctionnaires à divorcer pour ne pas payer les retraites; avec un tel parti, nous pouvons nous attendre à d'autres contraintes visant nos retraites; ce parti est à bannir de la scène politique etc. Il est temps pour le parti, de rendre afférents, le droit et les lois à toutes les procédures.

Etant donné que les juges, jugent selon leur sensibilité politique, ce n'est pas nous qui le disons, nous demandons au PLR, de réévaluer le dossier sur des bases légales, d'invalider un divorce voulu par des tiers, qui contredit le leitmotiv du parti, (libertés individuelles) et de rendre à l'épouse son état civil, défacto le 2me pilier paritairement épargné par son mari pendant les presque 44 années de cotisations. Le dossier est à consulter auprès du Ministère public du canton, une plainte pénale a été déposée au Procureur général, il est PLR mais ne l'a pas instruite, sous prétéxte que c'est du civil, ce qui est évidemment faux... pour nous proches du Groupement Bénévole sans frontière et du PLR, nous serions extrêmement rassurés et fiers du parti, si il avait conscience du dégât d'image, que ce dossier lui confère, il pourrait hormis l'invalidation du divorce voulu par des juges PLR et non par l'un ou l'autre des intéressés, faire parvenir un courrier à l'épouse, si ce n'est d'excuses, de regrets, pour une procédure qui n'aurait jamais dû être, même pensée.

Un Etat de droit doit veiller à ce que ni mariages, ni divorces forcés, ne se fassent sur son territoire.

Nous sommes très dubitatifs et en opposition avec la nouvelle loi sur le divorce, qui est résurgente de la répudiation, elle nous semble avoir été conceptualisée à dessein de la justice civile, pour qu'elle opère en toute illégalité, ce genre de procédure... Cette loi est anticonstitutionnelle et nous comptons sur le parti, pour qu'il s'en saisisse et l'abroge, il sera alors en phase avec ce qu'il nous inculque, les libertés individuelles.

Nous terminons notre entretien par nos félicitations à Monsieur Maudet pour sa réélection au Conseil d'Etat genevois et nous formons nos voeux, pour que nous puissions encore élire et voter PLR, parce que notre message sera suivi d'effet.

Nous vous prions, Messieurs, de croire en nos meilleurs sentiments.


Pour le Groupement Bénévole, section des expatriés:


Annecy, mai 2018

NB. Nous n'avons pas obtenu l'aval de la majorité des bénévoles, pour surseoir à ce que ce texte, ne soit pas de suite mis en ligne.



Les partis politiques, n'ont de cesse de modifier, de changer pour soi-disant moderniser, ce que nous ne leurs demandons pas. Nous société civile, leurs proposons de faire évoluer la Démocratie et la politique, sans un lobby de parti, en est un ecxellent moyen.
Chaque élu souvent déçoit dès qu'il l'est, parce qu'il doit rendre des comptes à son parti et devoir rendre des comptes seulement au peuple qui le salarie est le principe fondamental d'une saine Démocratie, que seuls des élus libres de soumission clanique peuvent se permettre.
Elaborer une constitution est l'affaire du peuple est pas celle uniquement des partis. Chaque citoyen faisant partie ou non d'un parti, qui veut dire son mot dans son élaboration, doit s'inscrire à la chancellerie dans le délai imparti et le jour prévu les candidats seront tirés au sort, cette façon de faire doit être généralisée pour chaque scrutin, Il n'est pas nécessaire de connaître avant sa désignation, la tendance de celui qui remplit les critères pour devenir constituant, il le dévoilera au fur et à mesure des séances de travail.
Les partis politiques déçoivent régulièrement, par des arrangements, des pragmatismes, méfions-nous de ceux qui s'en prévalent, ils ont souvent tendance à mélanger les valeurs pour lesquelles le peuple souverain les as élus, avec d'autres tendances contraires aux leurs, pourvu qu'ils soient réélus. C'est évident que le Grand public, comme ils aiment à nous considérer, en a marre des partis, plus enclins à défendre leurs élus, leurs survies et enfin les intérêts de celui qui doit être respecté sans faille = le peuple.
Ce chroniqueur est avocat et vice président du parti libéral-radical suisse, conséquemment, il sait que son parti abhorre les classes moyennes et les fonctionnaires, au point que les juges genevois du parti, diligentent des procédures civiles en divorce, en dehors de tout cadre légal, et sans y avoir été invités par les intéressés, dans le but de la suppression de la retraite aux ayants droit. Modus operendis: la justice civile du canton de Genève, connaissant le discernement aboli d'un fonctionnaire, pour l'avoir, à 63 ans, écarté de son poste de travail de greffier-adjoint au parquet du procureur général, puis lui extorque sa signature, alors qu'il a 75 ans, pour une demande unilatérale en divorce. Ce retraité vivait en dehors de sa famille depuis 1992 date où il a aussi perdu son travail. Il avait été diagnostiqué deux ans auparavant atteint du syndrome de Korsakoff, nous invitons chacun à se documenter sur cette maladie. La procédure révélera que les juges anciens collègues du malade, initiants et instructeurs de la procédure, ont été mis en poste par le parti de ce vice-président, ce qui nous navres, parce que ce parti est aussi le nôtre, nous qui faisons partie de la 5me suisse. Nous avons perdu la confiance en notre parti voilà pourquoi l'on se détourne des partis. Abuser de la faiblesse de ce fonctionnaire, pour un motif égoïste est punissable d'office par l'article 115 du code pénal suisse, même si les auteurs sont des juges qui veulent faire de son épouse un femme divorcée sans 2me pilier, à la place d'une veuve qui a sacrifié sa carrière pour celle de son mari afin d'élever les deux enfants du couple et qui n'a pas pu la reprendre au vu de la maladie mentale du mari et père. (voir dossier mis en ligne faute d'avoir été traité par l'impartialité judiciaire)
Question: quel juge oserait donner à celui qui n'est plus capable de tenir son poste de travail à 63 ans, le droit de décider seul, quand il en a 75, que sa femme doit divorcer et ceci sans une expertise psychiatrique révélant qu'il en a la capacité? la base légale pour demander le divorce est au moins de se souvenir que l'on est marié! Est-ce là le programme des libéraux-radicaux? notre parti est-il un voleur d'état civil, défacto du 2me pilier des classes moyennes? Si ce n'est pas le cas, il doit immédiatement invalider un divorce organisé par les juges du parti et rendre à notre bénévole, épouse du fonctionnaire décédé depuis, les prérogatives dues à une veuve. Il faut encore dire que 24 avocats ont déclinés la défense de l'épouse, (merci le pragamatisme) nous sommes bien dans un complot à son encontre. Nos enquêteurs distingueront que les juges libéraux-radicaux sont représentés à tous les échelons de la procédure y compris à la Cour supérieure de la magistrature, les mêmes juges que nous interpellons, y siégeants. Nous ne croyons pas que la sensibilité politique des juges PLR est de voler nos concitoyens.
Que l'on s'abstienne de nous dire qu'il y a une séparation des pouvoirs, notre dossier prouve le contraire.
Nous nous étonnons que la Suisse ait fait une loi qui est résurgente de la répudiation et que notre parti, je veux croire que nous pourrons en être encore demain, l'accepte lui qui, dans chacun de ses discours parle de la responsabilité individuelle, ce qui n'est plus le cas avec cette loi, des tiers décident à notre place que nous devons divorcer... cette loi doit être abolie. Convenez-en Monsieur le vice-président, notre justice libérale-radicale est délitescente et dévastatrice pour les justiciables qui ont à la subir, la réformer est impératif, pour que nous n'ayons plus envie de faire de la politique sans les partis.
-------------------------------
Groupement bénévole sans frontière, section des expatriés suisses. Avril 2018

 GROUPEMENT BENEVOLE SANS FRONTIERE
ne travaille pas avec des fake news.
Section des expatriés.
AFFAIRE MAUDET: oui. nous sommes fâchés avec notre parti le PLR.
Nous avons et c'est plus qu'un sentiment, la conviction d'avoir été berné par notre parti. Nous avons voté Maudet et quelques jours après une brillante élection, on nous apprend, que l'affaire qui le concerne, mais les électeurs aussi, date de 2015., c'est une escroquerie. Aurions-nous élu Maudet, si nous avions su.
Notre Groupement était déjà en désaccord avec lui, étant donné son incapacité en sa qualité de magistrat de tutelle de la justice genevoise, d'ouvrir une enquête sur des juges genevois PLR, que nous lui avions dénoncés, qui diligentent des procédures unilatérales en divorce, sans le consentement de l'épouse saine d'esprit, mais par abus de faiblesse du mari atteint de démence, diagnostiqué à 61 ans atteint du syndrome de Korsakoff, la maladie qui eut raison de son poste de travail et de la possibilité de vivre en famille. Les mêmes juges qui l'ont mis en retraite contrainte, étaient des collègues de travail, toute hiérarchie professionnelle respectée, ont décidé pour un motif égoïste, puni d'office par le code pénal suisse, d'extorquer la signature de ce greffier-adjoint retraité de 75 ans, fidèle employé du parquet genevois, pendant des décennies. Le but étant évidemment de faire de son épouse une femme divorcée, sans retraite, plutôt qu'une veuve, qui a sacrifié sa carrière à celle de son mari, pour élever les deux enfants du couple et qui n'a pas pu reprendre sa profession une fois élevés, la maladie mentale du père des enfants, l'en empêchant.
Question: dans quelle poche est allé la retraite de l'épouse ?
Notre dossier a été examiné par plusieurs juristes en retraite. Tous se rejoignent, mêmes les sensibilités PLR, le parti est à l'origine de la procédure et c'est la raison pour laquelle, suite à une plainte pénale déposée légalement par l'épouse spoliée, auprès du Procureur général PLR , il lui sera répondu que c'est du civil, ce qui est évidemment faux.
Nous ouvrons les réactions de nos bénévoles.
----------------------------------------------------
Il ne faut plus qu'ils s'étonnent si nous n'allons plus voter.
Je ne peux pas croire que le PLR, c'est celà.
Maudet ne doit ni être président, ni Conseiller d'Etat.
Quel gâchi !
Sortir ce dossier juste après l'avoir confortablement élu est une supercherie de grande envergure.
Le parti doit s'acheter une conduite.
Si les politiques ont ce comportement, c'est qu'ils se savent soutenus par leurs parti et même les autres, nous avons vu que la gauche n'a rien dit.
Nous comprenons mieux pourquoi les classes moyennes n'auront jamais un procès équitable, quand la justice est patronnée par un parti politique qui la déteste.
...et que cette justice fait fi du droit et des lois.
MONNAIE PLEINE.
Après avoir entendu et compris ce que nous disait cette économiste, le peuple doit voter oui à Monnaie pleine.
Ce n'est pas étonnant que les partis disent non, il y a longtemps que nous avons compris qu'ils ne servent pas le peuple, mais les loobyes de toutes sortes.
Dire oui à MONNAIE PLEINE, C'EST DIRE OUI A LA DEMOCRATIE.
C'est bien connu, chacun veut sauver son acquis et ce n'est pas étonnant que les banques privées le fassent aussi et c'est à la politique d'entrer en jeu et ne pas soutenir les acquis des banques privées, mais à décider ce qui est bon pour le peuple, alors, c'est oui à MONNAIE PLEINE.
Le Conseil fédéral explique qu'en cas de faillite d'une banque chaque compte sera assuré à frs. 100 000. Par expérience, (pas sur le même sujet) nous savons bien que certains seront mieux rémunérés que d'autres: les classes moyennes, qui se voient contraintes aux divorces en Suisse pour ne pas payer les retraites à qui de droit, seront les dindons de la farce...Alors votons
OUI A MONNAIE PLEINE, OUI A MONNAIE PLEINE.
Voter oui à MONNAIE PLEINE, C'est donner au peuple un droit de regard sur la finance.
Nous avons lu et relu le petit livre de l'écrivain suisse,
JEAN-ZIEGLER, il l'adresse à ses petits enfants, comme nous, il est en soucis, sur l'avenir du monde détruit, à cause de la finance immodérée par l'appât du gain, qui ne laisse rien aux uns, pour donner tout aux autres... aux Editions du SEUIL, vous le trouverez.









mercredi 2 mai 2018

SAUVE LE MONDE SAUVE LA MONNAIE PLEINE



GROUPEMENT BENEVOLE SANS FRONTIERE
ne travaille pas avec des fake news.
Section des expatriés.
AFFAIRE MAUDET: oui. nous sommes fâchés avec notre parti le PLR.
Nous avons et c'est plus qu'un sentiment, la conviction d'avoir été berné par notre parti. Nous avons voté Maudet et quelques jours après une brillante élection, on nous apprend, que l'affaire qui le concerne, mais les électeurs aussi, date de 2015., c'est une escroquerie. Aurions-nous élu Maudet, si nous avions su.
Notre Groupement était déjà en désaccord avec lui, étant donné son incapacité en sa qualité de magistrat de tutelle de la justice genevoise, d'ouvrir une enquête sur des juges genevois PLR, que nous lui avions dénoncés, qui diligentent des procédures unilatérales en divorce, sans le consentement de l'épouse saine d'esprit, mais par abus de faiblesse du mari atteint de démence, diagnostiqué à 61 ans atteint du syndrome de Korsakoff, la maladie qui eut raison de son poste de travail et de la possibilité de vivre en famille. Les mêmes juges qui l'ont mis en retraite contrainte, étaient des collègues de travail, toute hiérarchie professionnelle respectée, ont décidé pour un motif égoïste, puni d'office par le code pénal suisse, d'extorquer la signature de ce greffier-adjoint retraité de 75 ans, fidèle employé du parquet genevois, pendant des décennies. Le but étant évidemment de faire de son épouse une femme divorcée, sans retraite, plutôt qu'une veuve, qui a sacrifié sa carrière à celle de son mari, pour élever les deux enfants du couple et qui n'a pas pu reprendre sa profession une fois élevés, la maladie mentale du père des enfants, l'en empêchant.
Question: dans quelle poche est allé la retraite de l'épouse ?
Notre dossier a été examiné par plusieurs juristes en retraite. Tous se rejoignent, mêmes les sensibilités PLR, le parti est à l'origine de la procédure et c'est la raison pour laquelle, suite à une plainte pénale déposée légalement par l'épouse spoliée, auprès du Procureur général PLR , il lui sera répondu que c'est du civil, ce qui est évidemment faux.
Nous ouvrons les réactions de nos bénévoles.
----------------------------------------------------
Il ne faut plus qu'ils s'étonnent si nous n'allons plus voter.
Je ne peux pas croire que le PLR, c'est celà.
Maudet ne doit ni être président, ni Conseiller d'Etat.
Quel gâchi !
Sortir ce dossier juste après l'avoir confortablement élu est une supercherie de grande envergure.
Le parti doit s'acheter une conduite.
Si les politiques ont ce comportement, c'est qu'ils se savent soutenus par leurs parti et même les autres, nous avons vu que la gauche n'a rien dit.
Nous comprenons mieux pourquoi les classes moyennes n'auront jamais un procès équitable, quand la justice est patronnée par un parti politique qui la déteste.
...et que cette justice fait fi du droit et des lois.
MONNAIE PLEINE.
Après avoir entendu et compris ce que nous disait cette économiste, le peuple doit voter oui à Monnaie pleine.
Ce n'est pas étonnant que les partis disent non, il y a longtemps que nous avons compris qu'ils ne servent pas le peuple, mais les loobyes de toutes sortes.
Dire oui à MONNAIE PLEINE, C'EST DIRE OUI A LA DEMOCRATIE.
C'est bien connu, chacun veut sauver son acquis et ce n'est pas étonnant que les banques privées le fassent aussi et c'est à la politique d'entrer en jeu et ne pas soutenir les acquis des banques privées, mais à décider ce qui est bon pour le peuple, alors, c'est oui à MONNAIE PLEINE.
Le Conseil fédéral explique qu'en cas de faillite d'une banque chaque compte sera assuré à frs. 100 000. Par expérience, (pas sur le même sujet) nous savons bien que certains seront mieux rémunérés que d'autres: les classes moyennes, qui se voient contraintes aux divorces en Suisse pour ne pas payer les retraites à qui de droit, seront les dindons de la farce...Alors votons
OUI A MONNAIE PLEINE, OUI A MONNAIE PLEINE.
Voter oui à MONNAIE PLEINE, C'est donner au peuple un droit de regard sur la finance.
Nous avons lu et relu le petit livre de l'écrivain suisse,
JEAN-ZIEGLER, il l'adresse à ses petits enfants, comme nous, il est en soucis, sur l'avenir du monde détruit, à cause de la finance immodérée par l'appât du gain, qui ne laisse rien aux uns, pour donner tout aux autres... aux Editions du SEUIL, vous le trouverez.