mercredi 6 juin 2018

PLR, conflits d'intérêts




L'essentiel, est que cette nouvelle chancelière, soit issue de la société civile, 
donc, hors parti politique.


1
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Le grand problème, c'est que le Procureur général du canton de Genève, 
Olivier JORNOT, qui ouvre une enquête sur le voyage de Pierre MAUDET, 
est PLR comme lui... dès lors, faut s'attendre à un non lieu, 
ou à tout autre subterfuge pour le disculper. 
Nous n'oublions pas que les juges et les procureurs, jugent selon leur sensibilité politique. 
Il faut que cela change!


2
______________________________________________________________-


Monsieur MAUDET est le magistrat de tutelle de l'appareil judiciaire genevois. 
IL n'a rien trouvé d'anormal à ce que les juges de son canton abusent de la faiblesse des fonctionnaires qu'ils connaissent avoir le discernement aboli et à ce que le procureur dise que c'est du civil. 
Il se pourrait bien qu'il y ait un renvoi d’ascenseur.
3
----------------------------------------------------------------------------------------------
Notre Groupement, n'est pas ravi de la nouvelle composition 
du Conseil d'ETAT genevois et voici pourquoi.



Il y a quatre juristes sur sept élus au Conseil d'ETAT, c'est trop.
Dans notre dossier, trois de ces juristes auraient pu éviter qu'il existe.
MONSIEUR POGGIA MCG alors avocat, fait partie des vingt-quatre qui ont dédaigné la défense de l'épouse du fonctionnaire diagnostiqué atteint du syndrome de KORSAKOFF.
MADAME FONTANET PLR était collaboratrice de l'étude CANONICA qui s'est laissée mandater par les juges et non par le mari de notre bénévole. 
IL y eu mensonge.
MONSIEUR MAUDET PLR n'a pas fait son travail de tutelle de la justice, certainement son appartenance au PLR, l'en ayant empêché...
nous demandons également une enquête.
 Ce magistrat ne doit pas accéder au Conseil fédéral.
MADAME EMERY PS (non juriste) était une parlementaire, 
avant d'être une Conseillère d'Etat, 
membre d'une commission du grand Conseil genevois, elle a été saisie 
et voici sa réponse traduite, CIRCULEZ; il n'y a rien à voir.


4

vendredi 4 mai 2018

Miettes diverses




Bravo à Facebook pour ne pas céder aux demandes de censures ou d'identifications des personnes qui disent la vérité sur le comportement de leurs institutions, car même si ces demandes proviennent d'un Etat démocratique, son comportement peut être despotique. 
Exemple: Les fonctionnaires suisses sont victimes, dès qu'ils sont incapables de discernement, des juges libéraux-radicaux, qui diligentent à leur place des procédures civiles, par abus de faiblesse et pour un motif égoïste, puni par l'article 115 du code pénal suisse. Ils s'assurent d'une coalition d'avocats pour que les lésés ne soient pas défendus et comme le Procureur général est du même parti politique et que nous savons que c'est le parti qui gouverne la justice, le PG dira que c'est du civil, ce qui est bien entendu faux. En Suisse les juges font ce qu'ils veulent, quand ils veulent, volent qui ils veulent, évidemment les classes moyennes détestées par ce parti politique.
L'Europe, telle que ses Cours de justice la définissent : on ne dit rien à la Suisse qui n'observe pas le basique des Droits de l'homme (se divorcer sans la contrainte de l'Etat, par abus de faiblesse sur celui du couple que les juges connaissent avoir le discernement aboli) et vous n'avez pas le droit d'aller vers une autre instance. (voir dossier) ce qui se résume : l'UE fera comme la Suisse, les institutions anéantiront les classes moyennes, par l’inexistence du Droit et des lois, appliqués aux classes moyennes. (voir Dossier) pour L'UE.
Lire ce qu'en disent les Cours de justice européennes, vous comprendrez que nous n'aimons pas cette Europe et que la voir se disloquer ne nous étonnent pas.
Nous sommes très satisfaits qu'en fin les gauches européennes veuillent s'entendre pour servir les classes moyennes, mais il faut cesser ces guerres de chefs et avoir une vision de base de ce que doit être l'économie, monnaie pleine sera votée en Suisse le 10 juin prochain c'est par l'acceptation de cette vision du capitalisme que nous rendrons aux travailleurs aux bas revenus, aux peuples, un service public transparent et non aux privés qui privatisent les bénéfices et laissent à l'Etat, donc nous payeurs d'impôts, des ardoises insupportables pour les collectivités. Oui à monnaie pleine le 10.6 2018
Il ne faut pas oublier que privatiser l'Etat est le but des privés et que malheureusement des Etats démocratiques, se laissent embobiner, quitte à trahir leurs peuples.
Macron aura fait au moins une bonne chose, il aura rendu résurgent mai 68 en mai 2018, c'est un beau jubilé.
Testez votre voiture, vous espionne-t'elle? parquez-vous sur une place interdite et restez au volant, si dans le quart d'heure qui suit la maréchaussée arrive, c'est que votre véhicule a donné l'information, séparez-vous alors de brig brother.
C'est un immense défi pour les gauches européennes, rendre aux citoyens leurs dignités et cette dignité passe par une véritable Cour de justice où sont défendus les droits humains. Droit à ne pas êtres contraints à modifier son état civil par des juges suisses ou étrangers. Droit à ne pas vouloir du consentement présumé pour donner ses organes. Le businness n'est pas à exclure, quand un pays fait une loi qui est résurgente de la répudiation pour piquer les retraites des ayants droit, il pourra faire mieux encore dans la déontologie...
Nous invitons tous les travailleurs gênés dans leurs déplacements par les grèves de la SNCF à ne pas se laisser impressionner, par le Gouvernement qui compte sur l'essoufflement et le ras le bol des usagers pour privatiser nos trains. Aujourd'hui vous avez du travail, demain, c'est votre corporation qui sera en danger de privatisation et vous serez contents d'êtres soutenus par l'ensemble des citoyens. Retraités joignez- vous aussi aux manifs, sans heurts svp.
Macron aurait été crédible lors de ses discours, si il avait dit, - Je me demande à quoi servent les milliardaires, si ce n'est pour donner aux plus pauvres, qui n'ont rien fait pour çà. Il aurait été vu comme le Président de tous les français.
Personne n'est dupe de la politique de Macron, c'est le bon petit soldat des banques privées et de l'anéantissement de l'Etat.
Lors de sa dernière intervention télévisuelle, j'ai vu la fausseté sur son visage.
Il y a des abuseurs sexuels et il y a des juges qui abusent de leurs pouvoirs.
Une Démocratie ne doit pas permettre de faire passer des lois par ordonnances, si non à quoi servent les députés.
Attention, vous entrez en Suisse et vous en ressortez divorcés par l'Etat...
La Suisse est un petit pays qui se dit démocratique, en réalité la dictature y fonctionne très bien.
Je m'attendais des discours de Macron: je vais faire rentrer les milliards d'euros planqués dans les paradis fiscaux et ils seront partagés pour les plus faibles économiquement...ma soeur Anne, n'a rien vu venir.
Grâce à la conférence de cette économiste, j'ai compris que je dois dire oui à monnaie pleine. J'ai compris pourquoi l'établishment n'en veut pas, lui qui travaille contre les intérêts du peuple.
Cette Suisse, qui non contente de voler vos retraites, pour y arriver vole vote identité. (voir dossier)
Il faut à tout prix que les Démocraties soient réévaluées et que des sanctions soient prises contre qui quonque qui la bafoue, il faut se donner les moyens d'anéantir un parti politique qui la bafoue.
Combien le Chef de l'Etat touche -t-il des grandes banques pour privatiser l'Etat? et du Gouvernement mondial?
Le peuple doit reprendre la gestion des autoroutes, elles lui apprtient.
L'UE a plus que déçu, elle est inféodée au mondialisme qui veut se débarrasser des classes moyennes, elle est incapable de mettre en place des Cours de justice indépendantes. (voir dossier) Elle n'est pas gérée par le droit et les lois, mais par les lobbies qui la manipulent et ensuite Elle nous les imposent.
Quand l'abus de confiance, l'abus de faiblesse, d'autorité, le mensonge, rétention d'informations, le motif égoïste, la volonté de nuire à l'une des parties, sont diligentés par la justice, elle-même, comment voulez-vous que cette même justice nous jugent.
C'est la raison pour laquelle nous disons non aux juges étrangers, ils jugent aussi selon ce que veut la politique...non à cette Europe qui fait fi des Droits humains.
Un pays comme la Suisse, qui réactualise la répudiation, pour permettre aux Cours de justice, de contraindre les fonctionnaires à divorcer, pour ne pas qu'ils laissent une veuve, avec des Droits, est un pays voyou et infréquentable.
Ah, c'est le parti des papers ?
Toute privatisation doit être avalisée par le peuple.
Nous ne voulons pas d'un Etat tellement libéralisé qu'il broie les classes moyennes, tellement il oublie qu'une Démocrtie est réelle parce que les juges appliquent droit et lois.
Peuples de gauches unissons - nous.
A la fin du règne de Macron, toutes les classes moyennes auront un tuteur, désigné par le gouvernement mondial.
...et les avocats dans tout çà, ils sont où? complices des juges.
La Suisse fait très fort en matière des Droits de l'homme, non contente d'avoir volé des enfants sous prétexte fallacieux, elle instaure la maltraitance en Epad et elle les contraints au divorce. Ce pays doit être mis sous surveillance constante, il pourrait aussi euthanasier les plus faibles, pour écourter leurs Droits à la retraite.
Le Conseil fédéral, ne veut pas que la Suisse soit le cobaye de monnaie pleine. Nous l'invitons à se le rappeler, quand il autorise la vente de médicaments qui font mourir ou poussent au suicide, quand nos enfants sont atteints de maladies irréversibles, dues aux vaccins non testés sur le long terme.
Lisez le livre de Vincent Jauvert. Les intouchables d'Etat Bienvenue en Macronie. Chez Robert Laffont. Nous voyons que la moralisation de l'Etat est un leurre et qu' à ce stade, c'est impossible à réaliser, tant le système est corrompu et que les corrupteurs ne veulent pas que cela change. Seul un mai 2018 fera bouger le système qui enrichi les élus et leurs copains, qui puisent dans les caisses publiques et que nous, bons petits soldats, nous renflouons. Ce sont les mêmes qui mélangent les genres, privatisent les bénéfices et laissent les milliards de dettes au public, qui veulent privatiser l'Etat, ce que fait d'ailleurs Macron. Ils pourront ensuite se servir des classes moyennes qui les serviront.
Qui écrira le livre dont voici le titre? LA SUISSE SCANDALEUSE.
Titres des chapitres: 1 LES ENFANTS VOLES A LEURS FAMILLES PAR L'ETAT.
2 VIOLES PAR CEUX QUI LES RECUEILLAIENT.
3 CONTRAINTES DE TUTELLES (quand il y a de l'argent et pas de famille)
4 CONTRAINTES DE DIVORCES PAR ABUS DE FAIBLESSE SUR
PERSONNES CONNUES DE L'ETAT, ATTEINTES DE DEMENCE .
5 UNE EPOUSE VEUVE VAUT MIEUX QU'UNE DIVORCEE pour le PLR.
6 CONTRAINTES DE L'ETAT D'ENTRER EN MAISON DE RETRAITE,
ALORS QUE LA PERSONNE EST AUTONOME. Son seul tort est de ne
pas avoir d'héritiers et des biens...
7 ENVOI DE PRODUITS CHIMIQUES EN SYRIE, POUVANTS ETRES LA BASE DU GAZ SARRIN, QUI DECIME LA POPULATION.
Il est évident qu'il faut limiter le pouvoir d'appréciation des juges, ceux-ci étant affiliés, nommés par un parti politique, ils font de la politique avant de faire du droit.
Un bon petit remake de mai 68 en mai 2018 ferait du bien aux Démocraties.
Le patron de Payot ferait bien de ne plus demander les coordonnées des personnes qui commandent un livre, nous boycottons toutes les formes de big data. Par contre, nous ne sommes pas opposés à ce que l'ouvrage désiré, se paie à la commande. Merci de mettre en vente le livre de Vincent Jauvert LES INTOUCHABLES D'ETAT bienvenue en macronie. A lire absolument.
Après lecture, nous comprenons pourquoi, il font de la politique et pourquoi, ils veulent supprimer le contrôle de l'Etat.
Dire oui à MONNAIE PLEINE le 10 juin c'est donner au peuple un droit de regard sur l'économie.
Je suis pour les jeux en ligne, à conditions que ce ne soient pas que les privés qui en bénéficient.
Maudet veut plus de policiers au niveau national suisse, il fait de la politique générale avant d'y être. Quand à nous société civile, nous estimons qu'il ne doit jamais accèder au Conseil fédéral, il n'a pas rempli son rôle de surveillance de la justice, dans son canton de Genève, comme le lui intimait son dicastère, ce qui veut dire, qu'il ne voit pas d'inconvénients, à ce que les juges de son parti heurtent aux portes des personnes affaiblies par lâge et la démence, pour en obtenir avantage...Voir dossier.
Le juges eux-mêmes, nous ont dit: nous sommes des êtres humains comme les autres et nous avons le droit de nous tromper. Nous disons à ces spécialistes du droit: quand nous achetons un appareil éléctrique et qu'il est défectueux, nous le rapportons à qui de droit, parce que nous l'avons payé. Nous payons chère la justice, pour qu'elle ne nous prive pas du procès équitable et nous le disons. Non les juges n'ont pas le droit de se tromper au détriment des lois et des justiciables.
Nous l'avons vu dans le dossier mis en ligne, qu'il n'a pas été traité avec conviction légale, mais avec une déterminationde nuire à une épous d'un malade mental, afin de faire d'Elle une femme divorcée sans les ressources dues à une veuve. Le calcul des juges est clair, en s'associants avec des avocats trahissants la charte de la défense, ils ont zappé la déontologie due à leur engagement professioonel. Seules des commissions citoyennes au service de l'éthique, qui doit exister dans tout acte judiciaire, remédieront à cet état de fait: la justice n'est pas neutre et nous n'envoulons plus.
La première réforme que les Démocraties doivent mettre en place, si elles veulent le rester, ce sont des juges qui ne souffrent plus de ne pas rendre des verdicts selon les lois et leurs sensibilités humaines.
C'est comme en politique, dès qu'ils sont élus, ils oublient pourquoi ils le sont.
Voter MONNAIE PLEINE le 10 juin prochain, c'est un moyen formidable pour les Suisses de ne plus êtres contraints, tôt ou tard de recomptabiliser les banques privées.
Les partis sont contres, alors ils confirment qu'ils sont contre l'Etat et qu'ils travaillent pour l'économie privée.
Sur la lancée, il faut rappatrier tous nos avoirs, qui sont à stokés à l'étranger, on se demande pourquoi, qui les gèrent et si nous les reverrons un jour?









Justice libérale-radicale ?


Groupement Bénévoles sans frontière (ne travaille pas avec des fake news)

Section des expatriés.

___________________________

Messieurs:

Philippe Nanternod vice-président du parti Libéral-Radical suisse, Conseiller national.

Alexandre de Senarclens Président du parti Libéral-Radical genevois

Pierre Maudet Conseiller d'Etat genevois parti Libéral-Radical, en charge de la justice.


Messieurs,

Notre engagement auprès du parti libéral-radical suisse, nous oblige à défendre la vision de la responsabilité individuelle, telle que voulue par l'organe faîtière du parti et ce pourquoi nous, membres de la 5me Suisse, nous votons et élisons.

Nous avons eu la fâcheuse observation de constater dans une procédure civile, qui a contraint le Groupement à la mettre en ligne, faute d'avoir été réglée par le droit et les lois régaliens: les juges mis en poste par le PLR, diligentent une procédure civile et combien d'autres? sans y avoir été invités par les personnes concernées. Se basant sur la nouvelle loi sur le divorce, sans les articles 16 et 17 CC qui font partie du paramètre, les juges du parti, que l'on retrouvent tout au long de la procédure, jusqu'au TF, à la Commission supérieure de la magistrature, (mêmes juges qui ont diligentés la procédure) et au moment des faits, à la présidence des Affaires juridiques du Conseil des Etats, tandis que celle du Conseil national sera assortie de deux avocats de la droite genevoise, dont l'un deux en est le Président. Ces deux Commissions ne répondront pas à nos courriers... Les juges du PLR, notre parti, se muent en entreprise générale en divorce, s'assurant la collaboration de vingt-cinq avocats, qui refuseront de défendre l'une des parties. Dans notre cas, même l'étude d'un Bâtonnier PLR représentera l'époux, bien que ce ne soit pas lui qui l'ait mandaté, mais la Cour de justice. La fin justifiant les moyens.

Compendium: nos juges PLR qui ont été des collègues d'un collaborateur du parquet, le licencient à 63 ans, pour incapacité à tenir son poste de greffier-adjoint. La même année, le corps médical enjoint son épouse à l'éloigner du milieu familial, par une procédure légale, la maladie mentale révélée à 61 ans (syndrome de Korsakoff) l'empêchant de vivre en structure familiale. D'ailleurs sa responsabilité envers sa famille se faisant déliquescente, comme celle envers son poste de travail. Ce n'est pas ce qui empêchera les juges PLR, d'extorquer à ce retraité de 75 ans, sa signature unilatérale (alors qu'il ne sait plus qu'il est marié) qui leur permettra de diligenter à la place du couple, une procédure unilatérale en divorce, l'épouse qui a toutes ses facultés intellectuelles sera évincée de la procédure et les avocats s'en détourneront.

Etonnant que des magistrats judiciaires ne se posent pas la question, douze ans après l'avoir licencié pour incapacité à tenir son poste de travail, -Est-il capable de décider de la vie privée de son épouse? lui qui n'est pas en mesure de gérer la sienne depuis douze ans et bien avat son licenciement de l'Etat.

Pour avoir demandé aux juges, anciens collègues de son mari, (toute hiérarchie professionnelle respectée) initiants et instructeurs de la procédure, un procès équitable, comme la loi le prévoit, l'épouse sera sanctionnée par des écoutes téléphoniques illégales, que le ministre de tutelle de la justice genevoise, a bien dû agréer, perquisition de son appartement, intervention auprès de la gérance, qui sans raison résiliera le bail professionnel, (le local restera inerte pendant plusieurs mois) mis en gérance libre, (là encore aucun avocat ne voudra intervenir) dans le but de reprendre ses activités, les enfants grandis, ce qui fût impossible avec un mari, qui bien avant le diagnostic confirmant sa maladie mentale, ne se souvenait pas qu'il avait charge de famille, au propre comme au figuré, demandant à sa femme, mais t'es qui? ou à ses enfants, tu as quel âge? ou, t'habites où?

Ces constatations, n'ont jamais fait l'objet d'une objection judiciaire, bien que les juges n'aient pas voulus confirmer la démence (qu'ils connaissaient) chez cet ancien collègue.

Il n'est pas acceptable, que le parti pour lequel nous avons des affinités, se comporte en prédateur, dans le seul but de supprimer le statut de veuve d'une épouse qui a sacrifié sa carrière à celle de son mari, pour élever les deux enfants du couple.

Notoirement, nous sommes dans un contexte d'abus de faiblesse pour un motif égoïste, article 115 CP puni d'office par cette législation et même si ce sont des juges qui s'y adonnent. Le temps passe, mais nous n'acceptons aucune prescription dans un dossier où la justice s'est défaussée, en n'appliquant pas les lois, qui étaient à sa disposition pour qu'un tel dossier n'existe pas... elle n'a pas observé la séparation des pouvoirs. Nous, qui par nos votes, contribuons à l'essor du parti, souffrons de le voir mal-mené par des remarques du type: c'est le parti qui va contraindre tous les fonctionnaires à divorcer pour ne pas payer les retraites; avec un tel parti, nous pouvons nous attendre à d'autres contraintes visant nos retraites; ce parti est à bannir de la scène politique etc. Il est temps pour le parti, de rendre afférents, le droit et les lois à toutes les procédures.

Etant donné que les juges, jugent selon leur sensibilité politique, ce n'est pas nous qui le disons, nous demandons au PLR, de réévaluer le dossier sur des bases légales, d'invalider un divorce voulu par des tiers, qui contredit le leitmotiv du parti, (libertés individuelles) et de rendre à l'épouse son état civil, défacto le 2me pilier paritairement épargné par son mari pendant les presque 44 années de cotisations. Le dossier est à consulter auprès du Ministère public du canton, une plainte pénale a été déposée au Procureur général, il est PLR mais ne l'a pas instruite, sous prétéxte que c'est du civil, ce qui est évidemment faux... pour nous proches du Groupement Bénévole sans frontière et du PLR, nous serions extrêmement rassurés et fiers du parti, si il avait conscience du dégât d'image, que ce dossier lui confère, il pourrait hormis l'invalidation du divorce voulu par des juges PLR et non par l'un ou l'autre des intéressés, faire parvenir un courrier à l'épouse, si ce n'est d'excuses, de regrets, pour une procédure qui n'aurait jamais dû être, même pensée.

Un Etat de droit doit veiller à ce que ni mariages, ni divorces forcés, ne se fassent sur son territoire.

Nous sommes très dubitatifs et en opposition avec la nouvelle loi sur le divorce, qui est résurgente de la répudiation, elle nous semble avoir été conceptualisée à dessein de la justice civile, pour qu'elle opère en toute illégalité, ce genre de procédure... Cette loi est anticonstitutionnelle et nous comptons sur le parti, pour qu'il s'en saisisse et l'abroge, il sera alors en phase avec ce qu'il nous inculque, les libertés individuelles.

Nous terminons notre entretien par nos félicitations à Monsieur Maudet pour sa réélection au Conseil d'Etat genevois et nous formons nos voeux, pour que nous puissions encore élire et voter PLR, parce que notre message sera suivi d'effet.

Nous vous prions, Messieurs, de croire en nos meilleurs sentiments.


Pour le Groupement Bénévole, section des expatriés:


Annecy, mai 2018

NB. Nous n'avons pas obtenu l'aval de la majorité des bénévoles, pour surseoir à ce que ce texte, ne soit pas de suite mis en ligne.

mardi 1 mai 2018

Bulle hypothécaire & Monnaie Pleine



Bulle hypothécaire et initiative Monnaie Pleine

Les Suisses sont les champions mondiaux de l’endettement hypothécaire, avec 98 340 francs par habitant. Deux fois plus qu’un Américain et quatre fois plus qu’un Allemand. Le montant total des crédits hypothécaires atteignait l’an dernier le niveau jamais atteint de 614,244 milliards de francs, ce qui représente 103,6% du Produit Intérieur Brut annuel. Il s’agit d’une bulle qui peut éclater si le taux d’intérêt ne reste pas à son niveau très bas. Tel est l’avis du Département fédéral des finances :
« Un taux d’endettement élevé expose fortement les ménages à certains risques, comme celui d’une hausse marquée des taux d’intérêt. La baisse de la valeur vénale en cas d’accroissement des taux pourrait déstabiliser le marché immobilier si la capacité de nombreux ménages à supporter les dettes était dépassée. Il faut donc éviter toute incitation de politique financière qui encouragerait un endettement excessif des ménages.»
Cette montagne de dettes est en partie artificielle. En contrepartie de l’imposition de la valeur locative, le propriétaire peut déduire de sa déclaration fiscale les intérêts qu’il débourse sur sa dette hypothécaire et les frais d’entretiens de son immeuble. Du coup, d’un point de vue fiscal, il a donc intérêt à maintenir une dette et à payer des intérêts, afin de compenser l’imposition de la valeur locative. C’est une spécificité suisse qu’aucun autre pays ne connaît.
D’où vient cette masse monétaire ? Elle a été créée par les banques qui consentent les prêts, c’est-à-dire de la monnaie scripturale, ce qui nous amène à l’actualité de la votation du 10 juin sur l’initiative Monnaie Pleine. Celle-ci restreint à la seule BNS la création de monnaie et prive les banques de leur capacité de créer de la monnaie scripturale. Si elle passe en votation, ce genre de bulle ne pourra plus se créer.
Le pronostic est favorable. Selon un sondage, 57% des Suisses voteraient pour une initiative qui n’autoriserait que la BNS à produire de l’argent, et l’interdirait aux banques. Or les citoyens ne savent pas comment l’argent en circulation est créé. Seuls 13% des Suisses savent que les banques commerciales créent la plus grande partie (90%) de la monnaie en circulation. Toutefois, 78% de la population suisse veut que l’argent ne soit produit et distribué que par une unique institution publique d’intérêt général comme la Banque nationale.
Néanmoins, toutes les autorités constituées s’opposent à cette initiative. Au parlement les majorités rejetantes ont été impressionnantes. Le Conseil des Etats a refusé le texte par 42 voix contre zéro et une abstention ; le Conseil national par 169 voix contre 9 et 12 abstentions. Il est rare d’assister à une telle unanimité de tous les groupes politiques contre une initiative populaire.
On sait aussi que certains partis dépendent fortement pour leurs budgets électoraux du soutien de l’économie en général. C’est ce biais qui explique sans doute qu’il y ait une telle contradiction entre la volonté du peuple et la position du parlement fédéral. Les citoyens ont gardé le pénible souvenir de cet automne 2008 où la Confédération a dû prêter dans l’urgence six milliards à l’UBS et où la BNS a dû se charger de près de 40 milliards de fonds subprimes qui correspondaient à des prêts hypothécaires inconsidérés aux Etats-Unis. Si l’initiative Monnaie Pleine passe, la Confédération ne sera plus obligée de sauver une banque de la faillite puisque les comptes des déposants ne seront pas impliqués dans la faillite et que trafic des paiements pourra se poursuivre.

Démêlées avec le fisc


Groupement bénévole sans frontière.


Les démêlés avec le fisc suisse, du ministre des finances PLR du canton de Vaud, qui optimise à tout va ses contributions au fisc et sa consoeur PLR ex-candidate au Conseil fédéral qui attend depuis presque dix ans sa taxation définitive...nous ne pensons pas qu'un contribuable de la classe moyenne ait attendu si longtemps, sans la réclamer; nous conforte dans notre prise de position. Pas de voix au parti libéral-radical suisse. Notre Groupement a reçu dès l'entrée en fonction de ce ministre des finances, plusieurs plaintes de citoyens vaudois, qui sus à une énorme augmentation fiscale ont été dans l'obligeance, de quitter la petite maison souvent très spartiate, qu'ils occupaient, faute à la nouvelle arrogance fiscale. Nous ne pouvons pas encore le confirmer, notre enquête est en cours, ces personnes sont toutes issues des classes moyennes. Non ces impôts ne sont pas heureux...
Le dossier que nous avons été contraint de publier, faute d'avoir été géré par le droit et les lois en vigueur en Suisse et dans l'UE a mis en exergue, en Suisse, c'est le parti libéral-radical au travers de sa justice civile qui décide quand les classes moyennes doivent divorcer (voir notre dossier) Les juges du partis organisent, diligentent sans y avoir été invités par un citoyen des divorces, pour motif égoïste et par abus de faiblesse de celui qui a été un serviteur de l'Etat et qui a 75 ans, ne sait plus qui il est, où il a fait carrière, la maladie mentale diagnostiquée, ayant saisi son cerveau et les juges PLR, le savent, leurs but, supprimer le 2me pilier,(la retraite en Suisse) de l'épouse valide intellectuellement, qui a été sortie du contexte de la procédure dès son début puni par la loi, article 115 du code pénal suisse. Nous relevons la complicité avec les juges de 25 avocats qui refuseront la défense de l'épouse...Celui qui porte une grande responsabilité est un ancien bâtonnier PLR du canton de Genève, il s'est laissé mandater par les juges civiles et non par le mari. Le procureur général PLR de ce canton saisi d'une plainte pénale justifiée de l'épouse, à l'encontre des juges qui ont abusés de la faiblesse de son mari, fera dire par un confrère du parquet, que c'est du civil...et bien non, c'est un acte pénal, même si l'on est juges. Cette vision PLR, n'est pas acceptable. La commission supérieure de la magistrature est en principe une commission de personnes, capable d'intervenir auprès des juges qui ont commis des fautes pendant une procédure. Ei bien cette commission saisie était composée des mêmes juges dont nous avions à nous plaindre... Monsieur Maudet est le ministre de tutelle de la justice genevoise, il est en charge de son bon fonctionnement. Mais en sa qualité de PLR, il a fait allégence à son parti et il n'a rien trouvé d'anormal à ce que les juges abusent de la faiblesse des personnes impotentes intellectuellement. C'est pourquoi, notre mot d'ordre est, Maudet jamais. Pour la même appartenance à ce parti libéral-radical le procureur de la Confédération se taira et ne nous répondra pas, mais il peut encore le faire, nous ne sommes pas à une dizaine d'années près...
Notre Arrêtiste a aussi mis à jour, qu'au moment des faits, les commissions des Affaires juridiques du Conseil national, comme celle du Conseil des états étaient présidées par Un UDC, parti de droite en Suisse et par un PLR, et dans la commission du national, l'on répértorie deux avocats genevois...C'est pouquoi, nous avons la légitimité de dire que la justice suisse est gérée par la droite qui abhorre les classes moyennes suffisamment pour les voire divorcées, avant d'êtres veuves. Nous nous demandons que fait la gauche suisse ?
Nous appelons toutes les citoyennes et tous les citoyens des classes moyennes qui ne veulent pas êtres des divorcés du parti libéral-radical, à créer le parti dont le seul looby est le peuple.
C'est oui à la limitation à frs. 500 000 des présidents des services publics et nous pouvons même descendre la limite.
Depuis les partenariats publics-privés, rien ne va plus.
Par son arrêt n'impliquant plus les parents dans le financement des courses et autres divertissements des écoliers, le Tribunal fédéral ouvre la porte aux écoles privées, qui financées par des riches étrangers, vont s'engouffrer dans le crénau, elles paieront. Les classes moyennes ne veulent pas que leurs enfants soient inféodés à des privés pleins d'argent, dont nous n'avons aucun contrôle.
Macron poursuit le travail de sape des pouvoirs publics, pour lequel le Gouvernement mondial l'a élu. Classes moyennes d'ici et d'ailleurs organisons-nous pour un service public fort.
Suisse: revoter sur des éoliennes que le peuple a refusées il y a 15 jour est un scandale démocratique. Les Suisses doivent savoir ce qu'ils veulent développer, des éoliennes moches bryantes appartenant à des privés, ou un tourisme appartenant à tous. Et puis revoter est la porte ouverte aux fraudes des urnes, souvent évoquées en Suisse.
Pas d'éoliennes avant que chaque toit n'ait ses panneaux solaires en totale superficie.
Quand nous français, avons élus Macron, nous avons laissé entrer le loup dans la bergerie.
Si Laurent Vauquiez a dit la vérité et bien le peuple le félicite, si il a menti, il est mis en examens.
L'effet papirus (donner 1000 permis à des réfugiés) du ministre de la justice genevoise, ne suffit pas pour amadouer les classes moyennes, elles veulent que chaque citoyen ait accès à un procès équitable, comme le prévoient les lois suisses et les Cours de justice européennes, hélas elles ne les appliquent pas.
L'intime conviction des juges, ne doit pas être celle du parti qui leur a donné le job.
C'est non à des accords avec des pays qui ne respectent pas notre législation.
Il faut budgéter la justice, non pas sur le nombre des juges, mais sur leurs qualités à se distancier du pouvoir politique. Il faut pour cette indépendance, qu'ils ne soient plus élus par des partis, mais par le peuple souverain.
La Suisse n'a pas de Conseil constitutionnel, comment voulez-vous que le peuple se plaigne de la résurgence de la répudiation, qui fonctionne si bien, que c'est le parti actuellement le plus fort à Genève qui l'exploite ?
La morale, la déontologie en justice font partie du contexte d'une procédure.
C'est non à une Cour spéciale politisée, pour juger des élus, elle doit être composée de citoyens hors contexte politique. Nous aurions décidé pour les gros mensonges de Cahuzac: trois ans de réclusion et inélligibilité à vie.
Les séditions ont formés le monde actuel, les proscrire c'est vouloir un monde qui ne change pas, c'est utopique.
Arrêtez de dire que les téléspectateurs n'y comprendront rien, le Grand public, comme vous aimez à le qualifier est votre patron et il demande à être respecté.
Le peuple se rend compte régulièrement, que le mot pragamatisme est un grand fourre-tout.
Une constitution ne peut être démocratique, que si c'est le peuple hors contexte des partis, qui la planifie.
En Démocratie, les députés sont les employés du peuple, malheureusement, ils s'en étonnent.
Le peuple doit pouvoir anéantir un parti politique qui ne le respecte pas, sans attendre des élections.
C'est vrai qu'un malade alcoolique peut seul décider de soigner son addiction. Faut-il encore que son cerveau le lui permette.
Cette constitution devra être composée de citoyens tirés-au-sort d'une liste qu'ils auront préalablement signée.
La question ne devrait même pas être posée. Une constitution, c'est le peuple qui l'élabore et pas des partis politiques.
Je demande que mon parti PLR, fasse toute la lumière sur nos juges, qui abusent de la faiblesse des citoyens qu'ils connaissent avoir le discernement aboli.
La meilleure coalition pour gouverner est celle de toutes les classes moyennes hors partis politiques.
C'est mathématique, quand des partis s'allient pour gouverner, ils créent la suspicion envers ceux qui ne les ont pas élus. C'est ingouvernable.
Le déficit du service public est voulu par ceux qui veulent l'anéantir.
Nous prions tous nos bénévoles présents de se rendre aux manifestations des cheminots français. Demain ce seont nos professions qui seront rayées des services publics européens.
Les prisons sont pleines nous dit-on. Il faut déjà ne plus attirer les malfrats avec des peines si faibles, qu'elles en sont ridicules. Merci aux bénévoles qui se penchent sur une nouvelle donne des peines pénitencières.
Deux milliards pour l'armée, nous trouvons excessif pour un pays qui a les caisses si vides, qu'il doit contraindre au divorce les classes moyennes pour ne pas payer les retraites...
Il faut arrêter le grand n'importe quoi et ne plus accepter que des responsables politiques judiciaires ou autres estiment possibles qu'une fillette de onze ans soit consentente d'actes sexuels. Même si celà était sous nos latitude, ce serait aux autorités à se prendre en charge pour que cela ne soit plus. Majorité sexuelle 16 ans.
Le parti libéral-radical suisse est un parti bicéphal, son discours fait régulièrement mention de responsabilités individuelles, mais dans les faits, il attribue à l'Etat le droit de divorcer les classes moyennes. C'est un parti à bannir de l'échiquier politique.
Nous sommes bien obligés de supputer, que des juges dont le parti politique n'aime pas les classes moyennes, n'engagent pas leur respectabilité, leur crédibilité, pour ne pas en retirer quelque avantage, la retraite de notre bénévole subtilisée, est-elle sur le compte d'une caisse noire ou de la caisse de pension ?
Encore en Suisse; les retraités n'auront plus à se faire du souci pour leurs pensions, la Confédération a fait du boni à son budget de quelque trois milliards. Les juges du parti, n'auront ainsi plus à aller heurter aux portes des fonctionnaires, pour exploiter leurs signatures...
Nous les mettons en poste, ils nous disent qu'ils vont agir pour nous et ils ne cessent de nous enlever des prérogatives, comme tous les petits arrangements avec l'UE qui ne servent que les grandes entreprises. Nous réitérons, non à cette Europe et d'accord avec Asselineau, les patriotes et tous ceux qui croient en la valeur des nations, des peuples etc.
Il est certain qu'un parti politique qui trahit la loi sur le divorce, excercera aussi son motif égoïste pour supprimer des personnes, qui à ses yeux sont assez vieilles pour mourir. Mais une classe sociale n'a rien à craindre...
Un expert indépendant ne doit pas être politisé. Il doit fonctionner que pour une expertise et être tiré au sort sur une liste dont il fait partie.
La recherche sur le cancer, c'est très bien, mais il faut d'abord éradiquer les provenances connues à ce jour et ne pas céder aux lobbyes qui mettent nos santés en danger, en minimisants les faits et conspuants les experts indépendants.
Non 3 fois non au gaz de chiste. Il faut que des responsabilités soient connues et prises, avant toutes perforations des sols, lors de perturbations dues à ce système. Nous ne voulons plus payer pour des privés fautifs.
Vie privée, vie privée d'accord, mais ils se moquent pas mal de la nôtre en nous mettant sur écoutes téléphoniques pour faire plaisir aux juges et à leurs partis, alors je le dis un homme ou une femme qui veut représenter politiquement le peuple, doit avoir au moins un enfant, il faut savoir ce que c'est pour parler de la famille. Le patron, le peuple, doit savoir qui est la personne pour laquelle, elle vote: religion, mariée ou pas homo ou pas son job etc.
De toute évidence, la Démocratie est malmenée au point que les partis politiques lui font ressembler à du totalitarisme. Il faut la réhabiliter, cêst ce que nous attendons d'un nouveau parti.
La fraude des urnes est un scandale dans une Démocratie, elle nous a été signalée en Suisse il y a quinze ans et nous ne la tolérons pas.
Merci à notre spécialiste en économie, qui nous expliqué ce que veut dire monnaie pleine, pour laquelle le peuple suisse devra se prononcer en juin prochain. Cette dame a su me convaincre et je dirai oui à monnaie pleine. Ce sujet est aussi clair que de l'eau de roche. Un pays comme la Suisse qui laisse a des privés battre sa monnaie est déjà un pays qui renie le service public et nous savons que seuls les services publics sont un gage de Démocratie.


Groupement bénévole sans frontière.

Les démêlées avec le fisc suisse, du ministre des finances PLR du canton de Vaud, qui optimise à tout va ses contributions au fisc et sa consoeur PLR ex-candidate au Conseil fédéral qui attend depuis presque dix ans sa taxation définitive...nous ne pensons pas qu'un contribuable de la classe moyenne ait attendu si longtemps, sans la réclamer; nous conforte dans notre prise de position. Pas de voix au parti libéral-radical suisse. Notre Groupement a reçu dès l'entrée en fonction de ce ministre des finances, plusieurs plaintes de citoyens vaudois, qui sus à une énorme augmentation fiscale ont été dans l'obligeance, de quitter la petite maison souvent très spartiate, qu'ils occupaient, faute à la nouvelle arrogance fiscale. Nous ne pouvons pas encore le confirmer, notre enquête est en cours, ces personnes sont toutes issues des classes moyennes. Non ces impôts ne sont pas heureux...

Le dossier que nous avons été contraint de publier, faute d'avoir été géré par le droit et les lois en vigueur en Suisse et dans l'UE a mis en exergue, en Suisse, c'est le parti libéral-radical au travers de sa justice civile qui décide quand les classes moyennes doivent divorcer (voir notre dossier) Les juges du partis organisent, diligentent sans y avoir été invités par un citoyen des divorces, pour motif égoïste et par abus de faiblesse de celui qui a été un serviteur de l'Etat et qui a 75 ans, ne sait plus qui il est, où il a fait carrière, la maladie mentale diagnostiquée, ayant saisi son cerveau et les juges PLR, le savent, leurs but, supprimer le 2me pilier,(la retraite en Suisse) de l'épouse valide intellectuellement, qui a été sortie du contexte de la procédure dès son début puni par la loi, article 115 du code pénal suisse. Nous relevons la complicité avec les juges de 25 avocats qui refuseront la défense de l'épouse...Celui qui porte une grande responsabilité est un ancien bâtonnier PLR du canton de Genève, il s'est laissé mandater par les juges civiles et non par le mari. Le procureur général PLR de ce canton saisi d'une plainte pénale justifiée de l'épouse, à l'encontre des juges qui ont abusés de la faiblesse de son mari, fera dire par un confrère du parquet, que c'est du civil...et bien non, c'est un acte pénal, même si l'on est juges. Cette vision PLR, n'est pas acceptable. La commission supérieure de la magistrature est en principe une commission de personnes, capable d'intervenir auprès des juges qui ont commis des fautes pendant une procédure. Ei bien cette commission saisie était composée des mêmes juges dont nous avions à nous plaindre... Monsieur Maudet est le ministre de tutelle de la justice genevoise, il est en charge de son bon fonctionnement. Mais en sa qualité de PLR, il a fait allégence à son parti et il n'a rien trouvé d'anormal à ce que les juges abusent de la faiblesse des personnes impotentes intellectuellement. C'est pourquoi, notre mot d'ordre est, Maudet jamais. Pour la même appartenance à ce parti libéral-radical le procureur de la Confédération se taira et ne nous répondra pas, mais il peut encore le faire, nous ne sommes pas à une dizaine d'années près...

Notre Arrêtiste a aussi mis à jour, qu'au moment des faits, les commissions des Affaires juridiques du Conseil national, comme celle du Conseil des états étaient présidées par Un UDC, parti de droite en Suisse et par un PLR, et dans la commission du national, l'on répértorie deux avocats genevois...C'est pouquoi, nous avons la légitimité de dire que la justice suisse est gérée par la droite qui abhorre les classes moyennes suffisamment pour les voire divorcées, avant d'êtres veuves. Nous nous demandons que fait la gauche suisse ?

Nous appelons toutes les citoyennes et tous les citoyens des classes moyennes qui ne veulent pas êtres des divorcés du parti libéral-radical, à créer le parti dont le seul looby est le peuple.

C'est oui à la limitation à frs. 500 000 des présidents des services publics et nous pouvons même descendre la limite.

Depuis les partenariats publics-privés, rien ne va plus.

Par son arrêt n'impliquant plus les parents dans le financement des courses et autres divertissements des écoliers, le Tribunal fédéral ouvre la porte aux écoles privées, qui financées par des riches étrangers, vont s'engouffrer dans le crénau, elles paieront. Les classes moyennes ne veulent pas que leurs enfants soient inféodés à des privés pleins d'argent, dont nous n'avons aucun contrôle.

Macron poursuit le travail de sape des pouvoirs publics, pour lequel le Gouvernement mondial l'a élu. Classes moyennes d'ici et d'ailleurs organisons-nous pour un service public fort.

Suisse: revoter sur des éoliennes que le peuple a refusées il y a 15 jour est un scandale démocratique. Les Suisses doivent savoir ce qu'ils veulent développer, des éoliennes moches bryantes appartenant à des privés, ou un tourisme appartenant à tous. Et puis revoter est la porte ouverte aux fraudes des urnes, souvent évoquées en Suisse.

Pas d'éoliennes avant que chaque toit n'ait ses panneaux solaires en totale superficie.

Quand nous français, avons élus Macron, nous avons laissé entrer le loup dans la bergerie.

Si Laurent Vauquiez a dit la vérité et bien le peuple le félicite, si il a menti, il est mis en examens.

L'effet papirus (donner 1000 permis à des réfugiés) du ministre de la justice genevoise, ne suffit pas pour amadouer les classes moyennes, elles veulent que chaque citoyen ait accès à un procès équitable, comme le prévoient les lois suisses et les Cours de justice européennes, hélas elles ne les appliquent pas.

L'intime conviction des juges, ne doit pas être celle du parti qui leur a donné le job.

C'est non à des accords avec des pays qui ne respectent pas notre législation.

Il faut budgéter la justice, non pas sur le nombre des juges, mais sur leurs qualités à se distancier du pouvoir politique. Il faut pour cette indépendance, qu'ils ne soient plus élus par des partis, mais par le peuple souverain.

La Suisse n'a pas de Conseil constitutionnel, comment voulez-vous que le peuple se plaigne de la résurgence de la répudiation, qui fonctionne si bien, que c'est le parti actuellement le plus fort à Genève qui l'exploite ?

La morale, la déontologie en justice font partie du contexte d'une procédure.

C'est non à une Cour spéciale politisée, pour juger des élus, elle doit être composée de citoyens hors contexte politique. Nous aurions décidé pour les gros mensonges de Cahuzac: trois ans de réclusion et inélligibilité à vie.

Les séditions ont formés le monde actuel, les proscrire c'est vouloir un monde qui ne change pas, c'est utopique.

Arrêtez de dire que les téléspectateurs n'y comprendront rien, le Grand public, comme vous aimez à le qualifier est votre patron et il demande à être respecté.

Le peuple se rend compte régulièrement, que le mot pragamatisme est un grand fourre-tout.

Une constitution ne peut être démocratique, que si c'est le peuple hors contexte des partis, qui la planifie.

En Démocratie, les députés sont les employés du peuple, malheureusement, ils s'en étonnent.

Le peuple doit pouvoir anéantir un parti politique qui ne le respecte pas, sans attendre des élections.

C'est vrai qu'un malade alcoolique peut seul décider de soigner son addiction. Faut-il encore que son cerveau le lui permette.

Cette constitution devra être composée de citoyens tirés-au-sort d'une liste qu'ils auront préalablement signée.

La question ne devrait même pas être posée. Une constitution, c'est le peuple qui l'élabore et pas des partis politiques.

Je demande que mon parti PLR, fasse toute la lumière sur nos juges, qui abusent de la faiblesse des citoyens qu'ils connaissent avoir le discernement aboli.

La meilleure coalition pour gouverner est celle de toutes les classes moyennes hors partis politiques.

C'est mathématique, quand des partis s'allient pour gouverner, ils créent la suspicion envers ceux qui ne les ont pas élus. C'est ingouvernable.

Le déficit du service public est voulu par ceux qui veulent l'anéantir.

Nous prions tous nos bénévoles présents de se rendre aux manifestations des cheminots français. Demain ce seont nos professions qui seront rayées des services publics européens.

Les prisons sont pleines nous dit-on. Il faut déjà ne plus attirer les malfrats avec des peines si faibles, qu'elles en sont ridicules. Merci aux bénévoles qui se penchent sur une nouvelle donne des peines pénitencières.

Deux milliards pour l'armée, nous trouvons excessif pour un pays qui a les caisses si vides, qu'il doit contraindre au divorce les classes moyennes pour ne pas payer les retraites...

Il faut arrêter le grand n'importe quoi et ne plus accepter que des responsables politiques judiciaires ou autres estiment possibles qu'une fillette de onze ans soit consentente d'actes sexuels. Même si celà était sous nos latitude, ce serait aux autorités à se prendre en charge pour que cela ne soit plus. Majorité sexuelle 16 ans.

Le parti libéral-radical suisse est un parti bicéphal, son discours fait régulièrement mention de responsabilités individuelles, mais dans les faits, il attribue à l'Etat le droit de divorcer les classes moyennes. C'est un parti à bannir de l'échiquier politique.

Nous sommes bien obligés de supputer, que des juges dont le parti politique n'aime pas les classes moyennes, n'engagent pas leur respectabilité, leur crédibilité, pour ne pas en retirer quelque avantage, la retraite de notre bénévole subtilisée, est-elle sur le compte d'une caisse noire ou de la caisse de pension ?

Encore en Suisse; les retraités n'auront plus à se faire du souci pour leurs pensions, la Confédération a fait du boni à son budget de quelque trois milliards. Les juges du parti, n'auront ainsi plus à aller heurter aux portes des fonctionnaires, pour exploiter leurs signatures...

Nous les mettons en poste, ils nous disent qu'ils vont agir pour nous et ils ne cessent de nous enlever des prérogatives, comme tous les petits arrangements avec l'UE qui ne servent que les grandes entreprises. Nous réitérons, non à cette Europe et d'accord avec Asselineau, les patriotes et tous ceux qui croient en la valeur des nations, des peuples etc.

Il est certain qu'un parti politique qui trahit la loi sur le divorce, excercera aussi son motif égoïste pour supprimer des personnes, qui à ses yeux sont assez vieilles pour mourir. Mais une classe sociale n'a rien à craindre...

Un expert indépendant ne doit pas être politisé. Il doit fonctionner que pour une expertise et être tiré au sort sur une liste dont il fait partie.

La recherche sur le cancer, c'est très bien, mais il faut d'abord éradiquer les provenances connues à ce jour et ne pas céder aux lobbyes qui mettent nos santés en danger, en minimisants les faits et conspuants les experts indépendants.

Non 3 fois non au gaz de chiste. Il faut que des responsabilités soient connues et prises, avant toutes perforations des sols, lors de perturbations dues à ce système. Nous ne voulons plus payer pour des privés fautifs.

Vie privée, vie privée d'accord, mais ils se moquent pas mal de la nôtre en nous mettant sur écoutes téléphoniques pour faire plaisir aux juges et à leurs partis, alors je le dis un homme ou une femme qui veut représenter politiquement le peuple, doit avoir au moins un enfant, il faut savoir ce que c'est pour parler de la famille. Le patron, le peuple, doit savoir qui est la personne pour laquelle, elle vote: religion, mariée ou pas homo ou pas son job etc.

De toute évidence, la Démocratie est malmenée au point que les partis politiques lui font ressembler à du totalitarisme. Il faut la réhabiliter, cêst ce que nous attendons d'un nouveau parti.

La fraude des urnes est un scandale dans une Démocratie, elle nous a été signalée en Suisse il y a quinze ans et nous ne la tolérons pas.

Merci à notre spécialiste en économie, qui nous expliqué ce que veut dire monnaie pleine, pour laquelle le peuple suisse devra se prononcer en juin prochain. Cette dame a su me convaincre et je dirai oui à monnaie pleine. Ce sujet est aussi clair que de l'eau de roche. Un pays comme la Suisse qui laisse a des privés battre sa monnaie est déjà un pays qui renie le service public et nous savons que seuls les services publics sont un gage de Démocratie.

vendredi 16 mars 2018

Taxes, taxes, taxes, trop de taxes !






Les démêlés avec le fisc suisse, du ministre des finances PLR du canton de Vaud, qui optimise à tout va ses contributions au fisc et sa consoeur PLR ex-candidate au Conseil fédéral qui attend depuis presque dix ans sa taxation définitive...nous ne pensons pas qu'un contribuable de la classe moyenne ait attendu si longtemps, sans la réclamer; nous conforte dans notre prise de position.                                           
Pas de voix au parti libéral-radical suisse. Notre Groupement a reçu dès l'entrée en fonction de ce ministre des finances, plusieurs plaintes de citoyens vaudois, qui sus à une énorme augmentation fiscale ont été dans l'obligeance, de quitter la petite maison souvent très spartiate, qu'ils occupaient, faute à la nouvelle arrogance fiscale. Nous ne pouvons pas encore le confirmer, notre enquête est en cours, ces personnes sont toutes issues des classes moyennes.                                               

Non ces impôts ne sont pas heureux... 
Le dossier que nous avons été contraint de publier, faute d'avoir été géré par le droit et les lois en vigueur en Suisse et dans l'UE a mis en exergue, en Suisse, c'est le parti libéral-radical au travers de sa justice civile qui décide quand les classes moyennes doivent divorcer (voir notre dossier) Les juges du partis organisent, diligentent sans y avoir été invités par un citoyen des divorces, pour motif égoïste et par abus de faiblesse de celui qui a été un serviteur de l'Etat et qui a 75 ans, ne sait plus qui il est, où il a fait carrière, la maladie mentale diagnostiquée, ayant saisi son cerveau et les juges PLR, le savent, leurs but, supprimer le 2me pilier,(la retraite en Suisse) de l'épouse valide intellectuellement, qui a été sortie du contexte de la procédure dès son début puni par la loi, article 115 du code pénal suisse.  Nous relevons la complicité avec les juges de 25 avocats qui refuseront la défense de l'épouse...Celui qui porte une grande responsabilité est un ancien bâtonnier PLR du canton de Genève, il s'est laissé mandater par les juges civiles et non par le mari.                   

Le procureur général PLR de ce canton saisi d'une plainte pénale justifiée de l'épouse, à l'encontre des juges qui ont abusés de la faiblesse de son mari, fera dire par un confrère du parquet, que c'est du civil...et bien non, c'est un acte pénal, même si l'on est juges. Cette vision PLR, n'est pas acceptable.                                       
La commission supérieure de la magistrature est en principe une commission de personnes, capable d'intervenir auprès des juges qui ont commis des fautes pendant une procédure. Ei bien cette commission saisie était composée des mêmes juges dont nous avions à nous plaindre... Monsieur Maudet est le ministre de tutelle de la justice genevoise, il est en charge de son bon fonctionnement. Mais en sa qualité de PLR, il a fait allégeance à son parti et il n'a rien trouvé d'anormal à ce que les juges abusent de la faiblesse des personnes impotentes intellectuellement.                     

C'est pourquoi, notre mot d'ordre est, Maudet jamais.                                                 

Pour la même appartenance à ce parti libéral-radical le procureur de la Confédération se taira et ne nous répondra pas, mais il peut encore le faire, nous ne sommes pas à une dizaine d'années près...
Notre Arrêtiste a aussi mis à jour, qu'au moment des faits, les commissions des Affaires juridiques du Conseil national, comme celle du Conseil des états étaient présidées par Un UDC, parti de droite en Suisse et par un PLR, et dans la commission du national, l'on répertorie deux avocats genevois...C'est pouquoi, nous avons la légitimité de dire que la justice suisse est gérée par la droite qui abhorre les classes moyennes suffisamment pour les voire divorcées, avant d'êtres veuves.     Nous nous demandons que fait la gauche suisse ?

Nous appelons toutes les citoyennes et tous les citoyens des classes moyennes qui ne veulent pas êtres des divorcés du parti libéral-radical, à créer le parti dont le seul lobby est le peuple.
C'est oui à la limitation à frs. 500 000 des présidents des services publics et nous pouvons même descendre la limite.
Depuis les partenariats publics-privés, rien ne va plus.
Par son arrêt n'impliquant plus les parents dans le financement des courses et autres divertissements des écoliers, le Tribunal fédéral ouvre la porte aux écoles privées, qui financées par des riches étrangers, vont s'engouffrer dans le crénau, elles paieront. Les classes moyennes ne veulent pas que leurs enfants soient inféodés à des privés pleins d'argent, dont nous n'avons aucun contrôle.
Macron poursuit le travail de sape des pouvoirs publics, pour lequel le Gouvernement mondial l'a élu. Classes moyennes d'ici et d'ailleurs organisons-nous pour un service public fort.
Suisse: revoter sur des éoliennes que le peuple a refusées il y a 15 jour est un scandale démocratique. Les Suisses doivent savoir ce qu'ils veulent développer, des éoliennes moches bryantes appartenant à des privés, ou un tourisme appartenant à tous. Et puis revoter est la porte ouverte aux fraudes des urnes, souvent évoquées en Suisse.
Pas d'éoliennes avant que chaque toit n'ait ses panneaux solaires en totale superficie.
Quand nous français, avons élus Macron, nous avons laissé entrer le loup dans la bergerie.
Si Laurent Vauquiez a dit la vérité et bien le peuple le félicite, si il a menti, il est mis en examens.
L'effet papirus (donner 1000 permis à des réfugiés) du ministre de la justice genevoise, ne suffit pas pour amadouer les classes moyennes, elles veulent que chaque citoyen ait accès à un procès équitable, comme le prévoient les lois suisses et les Cours de justice européennes, hélas elles ne les appliquent pas.
L'intime conviction des juges, ne doit pas être celle du parti qui leur a donné le job.
C'est non à des accords avec des pays qui ne respectent pas notre législation.
Il faut budgéter la justice, non pas sur le nombre des juges, mais sur leurs qualités à se distancier du pouvoir politique. Il faut pour cette indépendance, qu'ils ne soient plus élus par des partis, mais par le peuple souverain.
La Suisse n'a pas de Conseil constitutionnel, comment voulez-vous que le peuple se plaigne de la résurgence de la répudiation, qui fonctionne si bien, que c'est le parti actuellement le plus fort à Genève qui l'exploite ?
La morale, la déontologie en justice font partie du contexte d'une procédure.
C'est non à une Cour spéciale politisée, pour juger des élus, elle doit être composée de citoyens hors contexte politique. Nous aurions décidé pour les gros mensonges de Cahuzac: trois ans de réclusion et inélligibilité à vie.
Les séditions ont formés le monde actuel, les proscrire c'est vouloir un monde qui ne change pas, c'est utopique.
Arrêtez de dire que les téléspectateurs n'y comprendront rien, le Grand public, comme vous aimez à le qualifier est votre patron et il demande à être respecté.
Le peuple se rend compte régulièrement, que le mot pragamatisme est un grand fourre-tout.
Une constitution ne peut être démocratique, que si c'est le peuple hors contexte des partis, qui la planifie.
En Démocratie, les députés sont les employés du peuple, malheureusement, ils s'en étonnent.
Le peuple doit pouvoir anéantir un parti politique qui ne le respecte pas, sans attendre des élections.
C'est vrai qu'un malade alcoolique peut seul décider de soigner son addiction.     Faut-il encore que son cerveau le lui permette.
Cette constitution devra être composée de citoyens tirés-au-sort d'une liste qu'ils auront préalablement signée.
La question ne devrait même pas être posée. Une constitution, c'est le peuple qui l'élabore et pas des partis politiques.
Je demande que mon parti PLR, fasse toute la lumière sur nos juges, qui abusent de la faiblesse des citoyens qu'ils connaissent avoir le discernement aboli.
La meilleure coalition pour gouverner est celle de toutes les classes moyennes hors partis politiques.
C'est mathématique, quand des partis s'allient pour gouverner, ils créent la suspicion envers ceux qui ne les ont pas élus. C'est ingouvernable.
Le déficit du service public est voulu par ceux qui veulent l'anéantir.
Nous prions tous nos bénévoles présents de se rendre aux manifestations des cheminots français. Demain ce seont nos professions qui seront rayées des services publics européens.
Les prisons sont pleines nous dit-on. Il faut déjà ne plus attirer les malfrats avec des peines si faibles, qu'elles en sont ridicules. Merci aux bénévoles qui se penchent sur une nouvelle donne des peines pénitencières.
Deux milliards pour l'armée, nous trouvons excessif pour un pays qui a les caisses si vides, qu'il doit contraindre au divorce les classes moyennes pour ne pas payer les retraites...
Il faut arrêter le grand n'importe quoi et ne plus accepter que des responsables politiques judiciaires ou autres estiment possibles qu'une fillette de onze ans soit consentente d'actes sexuels. Même si celà était sous nos latitude, ce serait aux autorités à se prendre en charge pour que cela ne soit plus. Majorité sexuelle 16 ans.
Le parti libéral-radical suisse est un parti bicéphal, son discours fait régulièrement mention de responsabilités individuelles, mais dans les faits, il attribue à l'Etat le droit de divorcer les classes moyennes. C'est un parti à bannir de l'échiquier politique.
Nous sommes bien obligés de supputer, que des juges dont le parti politique n'aime pas les classes moyennes, n'engagent pas leur respectabilité, leur crédibilité, pour ne pas en retirer quelque avantage, la retraite de notre bénévole subtilisée, est-elle sur le compte d'une caisse noire ou de la caisse de pension ?
Encore en Suisse; les retraités n'auront plus à se faire du souci pour leurs pensions, la Confédération a fait du boni à son budget de quelque trois milliards.                 

Les juges du parti, n'auront ainsi plus à aller heurter aux portes des fonctionnaires, pour exploiter leurs signatures...
Nous les mettons en poste, ils nous disent qu'ils vont agir pour nous et ils ne cessent de nous enlever des prérogatives, comme tous les petits arrangements avec l'UE qui ne servent que les grandes entreprises. Nous réitérons, non à cette Europe et d'accord avec Asselineau, les patriotes et tous ceux qui croient en la valeur des nations, des peuples etc.
Il est certain qu'un parti politique qui trahit la loi sur le divorce, excercera aussi son motif égoïste pour supprimer des personnes, qui à ses yeux sont assez vieilles pour mourir. Mais une classe sociale n'a rien à craindre...
Un expert indépendant ne doit pas être politisé. Il doit fonctionner que pour une expertise et être tiré au sort sur une liste dont il fait partie.
La recherche sur le cancer, c'est très bien, mais il faut d'abord éradiquer les provenances connues à ce jour et ne pas céder aux lobbyes qui mettent nos santés en danger, en minimisants les faits et conspuants les experts indépendants.
Non 3 fois non au gaz de chiste. Il faut que des responsabilités soient connues et prises, avant toutes perforations des sols, lors de perturbations dues à ce système. Nous ne voulons plus payer pour des privés fautifs.
Vie privée, vie privée d'accord, mais ils se moquent pas mal de la nôtre en nous mettant  sur écoutes téléphoniques pour faire plaisir aux juges et à leurs partis, alors je le dis un homme ou une femme qui veut représenter politiquement le peuple, doit avoir au moins un enfant, il faut savoir ce que c'est pour parler de la famille.   Le patron, le peuple, doit savoir qui est la personne pour laquelle, elle vote: religion, mariée ou pas homo ou pas son job etc.
De toute évidence, la Démocratie est malmenée au point que les partis politiques lui font ressembler à du totalitarisme. Il faut la réhabiliter, c' est ce que nous attendons d'un nouveau parti.
La fraude des urnes est un scandale dans une Démocratie, elle nous a été signalée en Suisse il y a quinze ans et nous ne la tolérons pas.
Merci à notre spécialiste en économie, qui nous expliqué ce que veut dire monnaie pleine, pour laquelle le peuple suisse devra se prononcer en juin prochain. Cette dame a su me convaincre et je dirai oui à monnaie pleine. Ce sujet est aussi clair que de l'eau de roche. Un pays comme la Suisse qui laisse a des privés battre sa monnaie est déjà un pays qui renie le service public et nous savons que seuls les services publics sont un gage de Démocratie.

PV par une ne mère de famille excédée...